Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Production de biogaz
La méthanisation thermophile optimise la production d’électricité

Le chauffage à 52 °C du digesteur d’un méthaniseur améliore la dégradation des substrats pour produire plus de biogaz. Selon la société Kerboas-CDEAI qui commercialise ce système, la méthanisation thermophile valorise particulièrement bien les effluents agricoles.

La société finistérienne Kerboas-CDEAI (1) est la première à proposer en France un concept danois de méthanisation thermophile. "En élevant la température du réacteur à 52 °C, contre 37 °C pour les procédés les plus courants développés en Allemagne, les substrats sont bien mieux digérés, ce qui améliore le rendement électrique de l’installation", affirme Lionel Scanff, le directeur de Kerboas-CDEAI. Selon lui, le procédé thermophile produit 30 % de biogaz de plus en vingt jours qu’une fermentation mésophile. Il permet donc de concevoir des installations plus petites et moins chères. "Par ailleurs, ce procédé est particulièrement bien adapté aux effluents agricoles comme les lisiers, les fumiers, la paille ou les cultures intermédiaires", souligne-t-il. Un argument appréciable pour les éleveurs qui veulent se lancer dans la méthanisation, alors que les substrats méthanogènes issus des industries agroalimentaires se raréfient et que leur prix ne cesse d’augmenter.

Kerboas-CDEAI propose un process pour des installations à partir de 50 kW. Les substrats solides sont incorporés dans une préfosse contenant le lisier. "Nous mettons l’accent sur la nécessité de bien homogénéiser et de broyer les intrants pour favoriser leur hydrolyse", explique Christophe Kerboas, le directeur commercial de la société. Pour cela, une pompe dilacératrice assure la recirculation du mélange. Entre cette fosse et le réacteur, un broyeur complète le hachage des substrats.

La capacité du réacteur est calculée pour une durée de séjour de vingt jours. Kerboas-CDEAI s’est associé avec le danois Landia qui a développé un système original de brassage. Ce concept appelé Gasmix intègre notamment une partie du gaz produit par le réacteur dans le digestat, favorisant ainsi son homogénéisation. Par ailleurs, tous les éléments mécaniques sont situés à l’extérieur du réacteur, "ce qui facilite les opérations de maintenance et réduit les temps improductifs", souligne Christophe Kerboas. Le biogaz est ensuite transformé en électricité par un cogénérateur, dont une partie de la chaleur produite sert à chauffer le réacteur.

Deux installations réalisées par Kerboas-CDEAI fonctionnent actuellement. Trois autres sont en cours de construction. L’entreprise possède quatre agences dans le Finistère, le Morbihan, la Loire-Atlantique et la Sarthe. "C’est ce qui nous permet de proposer nos produits et un service après-vente de proximité sur le Grand Ouest", conclut Christophe Kerboas.

(1) www.kerboas-cdeai.fr - Tél. 02 98 29 92 61
En savoir plus

Exemple de méthanisation thermophile pour 150 truies naisseur-engraisseur

Apports 4 500 t de lisier, 500 t de fumier, 50 t de cannes de maïs

Puissance 100 kW

Potentiel EBE à 35 000 €/an

Temps de retour sur investissement 7 ans

Source : Kerboas-CDEAI

Une méthanisation en totale autonomie

A la SCEA Philippe Ollivier à Landivisiau, à 500 mètres du siège de Kerboas-CDEAI, Philippe Ollivier a investi dans un méthaniseur de 150 kW pour transformer en biogaz le lisier issu de son élevage de 240 truies NE. Il utilise également de la paille et des résidus de récolte de maïs. Tous ces produits sont presque entièrement issus de ses propres cultures, ce qui lui permet de fonctionner en quasi totale autonomie. 25 % de la chaleur produite par le cogénérateur est destinée au chauffage du réacteur. Entre 40 et 50 % servira à sécher du bois de chauffage en prestation pour une société extérieure. L’excédent permettra de chauffer trois maisons d’habitation et les post-sevrages, où l’éleveur a installé des aérothermes en substitution aux radians électriques. "Et si je n’utilise pas toute la chaleur, je pourrai encore installer d’autres aérothermes en gestante et en engraissement", conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)