Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La grippe pandémique s’est installée depuis 2009

Un virus est apparu suite au réassortiment de plusieurs souches. Il est à présent répandu partout, et peut passer du porc à l’homme et inversement.

MAXIME DELSART, VÉTÉRINAIRE HYO.VET
© DR

A priori, rien ne la distingue d’autres souches si l’on s’en tient aux symptômes observés en élevage. Maxime Delsart, vétérinaire Hyo.vet témoigne. L’année passée, il a identifié la grippe dans quatre élevages et confirmé en laboratoire un virus grippal, dont deux avec cette souche pandémique, « avec des symptômes tout à fait comparables à ceux que provoquent les souches H1N1 et H1N2 ». Dans un de ces élevages situé dans le département de ????, il a observé en post-sevrage des éternuements, de l’anorexie conduisant à une hétérogénéité des porcelets et des croissances en baisse. La recherche du virus et le typage de la souche ont confirmé la présence du virus pandémique, avec 19 écouvillons positifs sur 219 prélevés. Le vétérinaire précise que le choix des porcelets à prélever ne doit pas être fait au hasard. Pour sa part, dans cet élevage, et compte tenu des symptômes, il s’est appliqué à choisir des porcelets qui toussaient, éternuaient, et étaient en hyperthermie. « Seule l’analyse nous permet d’affirmer qu’il s’agit bien de la souche pandémique », répète-t-il.

Or cette information est essentielle pour que le vétérinaire propose un plan de lutte adapté. En effet, le vaccin contre les virus grippaux actuellement disponible sur le marché n’a pas d’efficacité contre cette souche. Les mesures de contrôle restent donc de l’ordre de la biosécurité et d’une contamination raisonnée en quarantaine. Quant à la prévention, elle passe par la vaccination… des hommes. Ce virus est en effet introduit dans l’élevage par un humain porteur du virus, l’excrétion de ce virus commençant 48 heures avant l’apparition des premiers signes cliniques chez l’individu grippé. Donc, non seulement il est plus que déconseillé à toute personne présentant des symptômes grippaux de pénétrer dans l’élevage. Mais qui plus est, les personnes amenées à entrer dans l’élevage – éleveurs, techniciens, vétérinaires… – devraient chaque année se faire vacciner contre la grippe pour écarter tout risque de contaminer l’élevage. Ce que fait Maxime Delsart depuis de nombreuses années…

Claudine Gérard

La grippe pandémique, surtout dans les zones à faible densité porcine

Les spécialistes n’ont pas d’explication. Mais le fait est que la souche pandémique circule davantage dans les régions françaises à faible densité porcine. En Bretagne, les cas identifiés sont très rares. Mais dans d’autres régions, son importance relative peut être beaucoup plus élevée. Et quoi qu’il en soit, seul un typage des souches permet distinguer une grippe due à une souche pandémique ou aux autres souches (H1N1, H1N2 ou H3N2).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)