Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La démédication en bonne voie

La réduction de l’usage des antibiotiques est une réalité, comme le montrent les différents indicateurs disponibles. Les principales voies pour « démédiquer », en particulier le post-sevrage, sont aujourd’hui identifiées. Le respect des règles de biosécurité reste le levier majeur.

La biosécurité et la qualité de l’eau sont deux incontournables à la démédication
La biosécurité et la qualité de l’eau sont deux incontournables à la démédication
© Claudine Gérard

es indicateurs de consommations d’antibiotiques en élevage concordent pour confirmer la baisse enclenchée aujourd’hui. Les porcelets en post-sevrage restent les principaux destinataires de molécules le plus souvent apportées par un premix dans l’aliment (p. 24). Les efforts de démédication portent donc tout naturellement sur le post-sevrage. La firme-service Inzo en a fait une action d’envergure auprès de ses clients fabricants d’aliment (p. 26). Au travers d’un audit portant sur 23 critères de l’élevage, le technicien, le vétérinaire et l’éleveur peuvent connaître le niveau de « risque » à sevrer sans antibiotiques, et identifier les principaux leviers pour y parvenir. La démarche baptisée GPS a été adoptée rapidement par Aliouest auprès de 73 élevages se fournissant en aliment auprès de la coopérative bretonne, avec des résultats concluants.
La conviction personnelle de l’éleveur reste malgré tout le principal moteur de la démédication . Mais les axes de progrès sont aujourd’hui bien identifiés. Tous les experts qui travaillent sur le sujet concluent que la biosécurité et la qualité de l’eau sont deux « incontournables ». Pour la Selas de la Hunaudaye, l’alimentation, la qualité de la vaccination et les solutions nutritionnnelles constituent les trois autres piliers d’une démarche baptisée Access, également bâtie sur un audit préalable de l’élevage.
En s’appuyant sur les différents leviers identifiés à l’issue d’un audit et en faisant collaborer les vétérinaires, les techniciens, les nutritionnistes…, la démédication est à la portée d’un bon pourcentage d’élevages, d’autant plus qu’ils seront situés dans des zones à faible densité porcine. Mais y compris dans les zones concentrées, la réduction de la consommation d’antibiotiques s’avère possible sans dégradation des performances. Des éleveurs témoignent au cours des nombreuses réunions consacrées à ce sujet avec, dans chaque cas, une panoplie de mesures spécifiques à leur situation. Autant de solutions que d’élevages donc, qui interdisent définitivement d’apporter des recettes « toutes faites ». Le sur-mesure s’impose donc !

Au sommaire du dossier de Réussir Porcs de juin-juillet, R. P. n°206 p. 22 à 34 :

p. 24 -  Des indicateurs pour mesurer les consommations d’antibiotiques. De la fabrication à la distribution.

p. 26 -  L’itinéraire GPS d’Inzo trace la voie de la démédication.Un outil de diagnostic simple.

p. 28  - « La conviction personnelle de l’éleveur plus que la pression extérieure comme moteur à la démédication ». Dominique Echaroux, responsable marketing et communication Inzo.

p. 32 - Une démarche collective initiée par  la Selas de la Hunaudaye. Cinq piliers pour agir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Aux États-Unis, les contrôles des défauts de carcasse confiés aux abattoirs

Le département américain de l’agriculture (USDA) prévoit de retirer toute limite à la vitesse à laquelle les abattoirs…

Vignette
Un nouvel observatoire national des vaccins vétérinaires

Le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient de publier les taux de vaccination des…

Les règles se durcissent pour l’alimentation des porcs bio

Au 1er janvier 2021 pour les porcs bio de plus de 35 kg, au 1er janvier 2025 pour les plus petits…

Vignette
Les Allemands testent les viandes odorantes dans les charcuteries

33 %, c’est le taux maximum de viandes odorantes acceptable dans la mêlée pour faire une saucisse de Francfort de…

Vignette
La Chine prépare déjà l’après fièvre porcine africaine
Les autorités chinoises veulent rétablir la production rapidement. Les grands groupes présents dans le pays pourraient en…
Vignette
Jean-Baptiste Belloeil a conçu un bloc naissage pour faciliter le travail
Éleveur multiplicateur femelles Nucléus à Lanfains, dans les Côtes d’Armor, Jean-Baptiste Belloeil a construit un bloc naissage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)