Aller au contenu principal

La coopérative Le Gouessant, sereine pour aborder les mutations

Thomas Couepel, nouveau président de la coopérative Le Gouessant.
© Le Gouessant

En 2017, Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 510 M€, et un résultat net de 11,5 M€. Le groupe annonce un endettement financier net positif de 5,6 M€ pour la première fois de son histoire et se réjouit d’approcher les 100 M€ de capitaux propres. "Une belle situation financière pour aborder les projets", a fait remarquer le directeur général Rémi Cristoforetti, en poste depuis un an."En 2017, nous avons redistribué 2,8 M€ à nos adhérents, l’équivalent de 4 600 € pour 100 truies avec l’achat de l’aliment porc complet. C’est 35 % du résultat net de la coopérative qui revient chez les producteurs", a tenu à souligner Patrick Fairier, qui achevait cette année son mandat de président de la coopérative.

Selon les secteurs, l’activité de la coopérative concentrée sur l’amont, connaît des fluctuations. "À trois camions d’aliments près, notre volume d’aliments se maintient à 820 000 tonnes." Leader de la fabrication d’aliment biologique, les volumes progressent de 20 % en 2017. Le groupe, c’est aussi une marque, Terres de Breizh, qui se décline pour la pomme de terre, l’œuf, le jambon et bientôt la charcuterie, portée par l’image d’un réseau de fermes pilotes, le réseau des Fermes 4 Soleils (voir Réussir Porc avril 2018 page 44). À l’issue de l’assemblée générale, Thomas Couepel, éleveur de volailles de chair à Andel, dans les Côtes-d’Armor, a été élu président de la coopérative.

Emmanuelle Le Corre, Terra

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Nombre de porcs mâles entiers abattus par pays en Europe (en million)  © Ifip
Un tiers des porcs mâles élevés en Europe n’est pas castré
L’Ifip estime le nombre de porcs mâles non castrés en Europe à 45 millions en 2020, en progression de 30 % depuis cinq ans.
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Carcasse de porc entier (à gauche) et vacciné (à droite). La viande de la seconde est plus rose avec plus de gras.  © Tummel
Un abattoir allemand choisit la vaccination pour remplacer la castration à vif des porcelets
À partir du 1er janvier 2021, les naisseurs allemands auront interdiction de castrer leurs porcelets mâles à vif. Ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)