Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La coopérative Le Gouessant, sereine pour aborder les mutations

En 2017, Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 510 M€, et un résultat net de 11,5 M€. Le groupe annonce un endettement financier net positif de 5,6 M€ pour la première fois de son histoire et se réjouit d’approcher les 100 M€ de capitaux propres. "Une belle situation financière pour aborder les projets", a fait remarquer le directeur général Rémi Cristoforetti, en poste depuis un an."En 2017, nous avons redistribué 2,8 M€ à nos adhérents, l’équivalent de 4 600 € pour 100 truies avec l’achat de l’aliment porc complet. C’est 35 % du résultat net de la coopérative qui revient chez les producteurs", a tenu à souligner Patrick Fairier, qui achevait cette année son mandat de président de la coopérative.

Selon les secteurs, l’activité de la coopérative concentrée sur l’amont, connaît des fluctuations. "À trois camions d’aliments près, notre volume d’aliments se maintient à 820 000 tonnes." Leader de la fabrication d’aliment biologique, les volumes progressent de 20 % en 2017. Le groupe, c’est aussi une marque, Terres de Breizh, qui se décline pour la pomme de terre, l’œuf, le jambon et bientôt la charcuterie, portée par l’image d’un réseau de fermes pilotes, le réseau des Fermes 4 Soleils (voir Réussir Porc avril 2018 page 44). À l’issue de l’assemblée générale, Thomas Couepel, éleveur de volailles de chair à Andel, dans les Côtes-d’Armor, a été élu président de la coopérative.

Emmanuelle Le Corre, Terra

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
L’épizootie de la fièvre porcine africaine décime le cheptel chinois
Entre 30 et 50 % de la production de porc chinoise aurait disparu. L’efficacité des mesures de biosécurité réclamées par le…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage
Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment…
Vignette
La consommation de porc bio en forte hausse
La tendance est à la démocratisation de la consommation de produits biologiques. Pour faire face à cette demande croissante, le…
Vignette
Au Gaec La Blanche, l’élevage se restructure autour d’une maternité neuve de 96 places
Au Gaec La Blanche, la réorganisation de l’outil de production de 430 truies en multiplication et de la conduite d’élevage s’…
Vignette
L’alimentation animale bio manque de matières premières
Le secteur de l’alimentation animale biologique bénéficie d’une croissance importante. Mais la production végétale française …
Vignette
Cooperl signe une joint-venture avec Vereijken

À travers un partenariat signé le 25 mars, Cooperl et la société néerlandaise Vereijken spécialisée dans la fabrication…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)