Aller au contenu principal
Font Size

La coopérative Le Gouessant, sereine pour aborder les mutations

Thomas Couepel, nouveau président de la coopérative Le Gouessant.
© Le Gouessant

En 2017, Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 510 M€, et un résultat net de 11,5 M€. Le groupe annonce un endettement financier net positif de 5,6 M€ pour la première fois de son histoire et se réjouit d’approcher les 100 M€ de capitaux propres. "Une belle situation financière pour aborder les projets", a fait remarquer le directeur général Rémi Cristoforetti, en poste depuis un an."En 2017, nous avons redistribué 2,8 M€ à nos adhérents, l’équivalent de 4 600 € pour 100 truies avec l’achat de l’aliment porc complet. C’est 35 % du résultat net de la coopérative qui revient chez les producteurs", a tenu à souligner Patrick Fairier, qui achevait cette année son mandat de président de la coopérative.

Selon les secteurs, l’activité de la coopérative concentrée sur l’amont, connaît des fluctuations. "À trois camions d’aliments près, notre volume d’aliments se maintient à 820 000 tonnes." Leader de la fabrication d’aliment biologique, les volumes progressent de 20 % en 2017. Le groupe, c’est aussi une marque, Terres de Breizh, qui se décline pour la pomme de terre, l’œuf, le jambon et bientôt la charcuterie, portée par l’image d’un réseau de fermes pilotes, le réseau des Fermes 4 Soleils (voir Réussir Porc avril 2018 page 44). À l’issue de l’assemblée générale, Thomas Couepel, éleveur de volailles de chair à Andel, dans les Côtes-d’Armor, a été élu président de la coopérative.

Emmanuelle Le Corre, Terra

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
 © D. Poilvet
La sous-traitance dans les abattoirs de porcs Allemands, c’est fini

« À partir du 1er janvier 2021, l’abattage et la transformation de la viande ne pourront être effectués que par les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)