Aller au contenu principal
Font Size

La biosécurité, meilleur rempart contre la contamination par la grippe

Sur la base d’une étude dans 125 élevages, l’Anses a précisé les principaux facteurs associés à la maladie.

Christelle Fablet, Anses Ploufragan
© DR

La biosécurité interne et externe et la maîtrise de l’ambiance dans les salles sont clairement identifiées comme des éléments essentiels.

Une forte densité porcine de la zone où se situe l’élevage, les mélanges d’animaux, la surcharge et une mauvaise gestion de l’ambiance (en particulier des températures trop basses) sont les principaux facteurs associés à la présence de souches H1N1 et H1N2 dans les élevages. C’est ce que démontre une vaste enquête épidémiologique conduite par Christelle Fablet, de l’Anses Ploufragan. L’étude a consisté à relever dans 125 élevages du Grand Ouest les différentes pratiques : conduite d’élevage, conditions climatiques… Et réaliser des prises de sang et des analyses en laboratoire afin de mettre en évidence les facteurs associés à l’infection de porcs charcutiers.

Premier constat, 60 % de ces élevages se sont avérés « positifs » vis-à-vis du virus H1N1, 58 % vis-à-vis de H1N2 et 35 % vis-à-vis des deux, ce qui prouve que dans ces élevages, elles ont toutes deux circulé.

En étudiant les facteurs associés à la présence des virus, l’enquête met d’abord en évidence le facteur « densité porcine », le « seuil » se situant à plus de deux élevages dans un rayon de deux kilomètres autour du site de production. Christelle Fablet constate qu’il existe peu de données sur la transmission du virus grippal dans l’air et sa capacité à « voyager ». Elle rapporte une étude conduite aux États-Unis qui a prouvé que le virus pouvait être retrouvé à deux kilomètres de l’élevage infecté, mais la maladie n’a pas pu être reproduite à partir de cet air contaminé, peut-être en raison d’une charge virale trop faible ou bien un virus « mort ».

Concernant la conduite d’élevage, la taille des salles et le nombre de porcs par case sont des facteurs associés à la grippe. L’étude situe le risque à plus de 28 porcelets par case de PS pour le H1N1 et pour des salles de plus de 110 porcs par salle d’engraissement pour le H1N2. La gestion de l’ambiance est primordiale, en particulier la température (seuil de 25 °C mini en maternité, 24 °C en PS). Christelle Fablet émet l’hypothèse que des températures trop basses pourraient diminuer le niveau des défenses immunitaires des porcelets. Par ailleurs, pour les deux souches, les mélanges d’animaux au sein d’une même bande ou entre deux bandes différentes sont des facteurs qui ressortent particulièrement dans cette étude, tout mélange risquant de mettre en contact direct ou indirect des animaux de statuts différents vis-à-vis du virus.

Enfin, le respect des règles d’hygiène en général est un élément majeur, entre autres le vide sanitaire qui permet de limiter la pression d’infection entre bandes. Sous réserve qu’il soit correctement réalisé. Sur ce point Philippe Leneveu, vétérinaire, rappelle les travaux de l’Ifip qui ont mis en évidence l’intérêt du séchage des salles après un nettoyage/désinfection de 48 heures, et le risque de recontamination des salles en cas de vide sanitaire trop long.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)