Aller au contenu principal

Intégrer l’aliment cochette dans les contrôles mycotoxines

 

Une enquête de DSM réalisée en 2023 montre une prévalence importante en mycotoxines dans l’aliment des cochettes, particulièrement sensibles à une exposition.

 

La cochette fait partie des stades physiologiques sensibles à protéger contre les mycotoxines, au même titre que le porcelet et la truie allaitante.
La cochette fait partie des stades physiologiques sensibles à protéger contre les mycotoxines, au même titre que le porcelet et la truie allaitante.
© A. Puybasset

 

« L’aliment cochette est souvent le parent pauvre des plans de surveillance et de contrôle des contaminations en mycotoxines. La cochette fait pourtant partie des stades physiologiques sensibles, à protéger au même titre que le porcelet et la truie allaitante », rappelle Laure Rouxel, de DSM. 

Lire aussi : Les mycotoxines peuvent agir sur les fœtus des truies

Une exposition des cochettes aux mycotoxines peut engendrer une perturbation du métabolisme, notamment celui de la vitamine D3 et avoir un impact sur la santé osseuse. Elles agissent comme des perturbateurs endocriniens qui peuvent affecter le développement des organes reproducteurs et impacter le système immunitaire des jeunes animaux.

Une exposition avérée

Les mesures de contamination en mycotoxines réalisées en 2023 par DSM sur des aliments finis pour cochettes montrent une exposition avérée. « Sur les 95 échantillons analysés en Europe, 72 % étaient positifs, ce qui signifie que le premier seuil de toxicité était dépassé pour au moins une mycotoxine. » La prévalence, surtout élevée pour la zéaralénone (1) (deux tiers des échantillons), les trichothécènes et le déoxynivalénol (DON) (85 %), est associée à des niveaux de contamination élevés. « La surveillance des aliments cochettes est nécessaire, d’autant plus si les aliments sont fabriqués à la ferme. Ne les oubliez pas de les intégrer dans les plans de contrôle mycotoxines ! », insiste-t-elle.

(1) Mycotoxine ayant des effets directs sur la reproduction.

Les plus lus

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

« Je cherche à optimiser toutes mes ressources pour mon élevage naisseur engraisseur de 145 truies»

Boris Mousset s’est installé en 2015 sur l’exploitation familiale de 145 truies naisseur-engraisseur. L’acquisition de…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Les élevages de moins de 150 truies sont souvent insérés dans des exploitations mixtes.
Les élevages de moins de 150 truies détiennent une truie sur six en France

Malgré l’augmentation constante de la taille des exploitations, les élevages de moins de 150 truies détiennent encore 16…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

quarantaine cochette
Trois leviers pour optimiser la carrière des cochettes

L'analyse des chiffres de la station expérimentale de Cooperl et de la base de données Pass cheptel démontre que la durée de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)