Aller au contenu principal

« La guerre digitale contre le porc est déclarée »

Caroline Faillet, "netnologue" et co-dirigeante du cabinet Bolero.« Il ne faut pas monter seul au front, mais au contraire agir en réseaux, utiliser tous les moyens disponibles, internet, youtube, facebook, twitter… »
© D. poilvet

 

Pour Caroline Faillet, qui se définit elle-même comme une « netnologue », internet est devenu un véritable champ de bataille où le citoyen-consommateur joue un rôle majeur. « Et depuis quelques mois, la filière viande est en première ligne de cette guerre », constatait-elle, lors de l’assemblée générale du Comité régional porcin Bretagne à Plérin le 22 juin. « Le web est devenu le premier vecteur d’influence depuis 2010, loin devant la télévision, la radio, et même le bouche-à-oreille. » Ce qui explique qu’à chaque fait nouveau mis en avant par les militants antiviande – vidéo dans un élevage, dans un abattoir, pétition contre une extension d’élevage… – les retombées sont toujours plus fortes. « Les techniques de ces opposants sont bien connues », explique-t-elle : mise en avant d’informations difficilement vérifiables, dimension émotionnelle forte… et surtout, utilisation optimale des possibilités du web. « Plutôt que d’utiliser internet pour faire de l’affichage, ils font de la communication horizontale en dialoguant avec les différentes communautés. »

Ne pas monter seul au front

Face à cette déferlante médiatique, Caroline Faillet déplore le manque de concertation des différents acteurs des filières viande. « Il ne faut pas monter seul au front, mais au contraire agir en réseaux, utiliser tous les moyens disponibles, youtube, facebook, twitter… » Les angles de communication sont multiples : plaisir de manger, équilibre nutritionnel, environnement, dimension normative, « c’est-à-dire faire passer le message que manger de la viande n’est pas mal ». Cette approche concertée doit aussi coordonner des démarches individuelles. « Un message passera mieux si c’est un éleveur qui le publie plutôt qu’une organisation syndicale ou professionnelle. Et plus il y aura d’éleveurs à s’emparer du sujet, plus l’objectif de marginaliser l’impact des opposants sera facile à atteindre ». Message parfaitement reçu par les responsables professionnels présents à l’AG. « Le syndicalisme et les organisations économiques travaillent aujourd’hui au développement de réseaux d’éleveurs et de salariés impliqués sur la toile », a conclu Philippe Bizien, le président du Comité régional porcin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
Cooperl anticipe la mise en place de règlements futurs plus contraignants en matière de pesticides, et une demande grandissante des consommateurs. © G. Omnès
Cooperl s’engage vers une alimentation des porcs sans pesticides
Le groupe lamballais a contractualisé 800 hectares de céréales non traitées avec une centaine d’agriculteurs. L’objectif est de…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Les éleveurs de porcs veulent que la distribution tienne compte de la flambée du prix des aliments

Dans un communiqué du 5 février, l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) appelle la grande…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)