Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« La guerre digitale contre le porc est déclarée »

Caroline Faillet, "netnologue" et co-dirigeante du cabinet Bolero.« Il ne faut pas monter seul au front, mais au contraire agir en réseaux, utiliser tous les moyens disponibles, internet, youtube, facebook, twitter… »
© D. poilvet

 

Pour Caroline Faillet, qui se définit elle-même comme une « netnologue », internet est devenu un véritable champ de bataille où le citoyen-consommateur joue un rôle majeur. « Et depuis quelques mois, la filière viande est en première ligne de cette guerre », constatait-elle, lors de l’assemblée générale du Comité régional porcin Bretagne à Plérin le 22 juin. « Le web est devenu le premier vecteur d’influence depuis 2010, loin devant la télévision, la radio, et même le bouche-à-oreille. » Ce qui explique qu’à chaque fait nouveau mis en avant par les militants antiviande – vidéo dans un élevage, dans un abattoir, pétition contre une extension d’élevage… – les retombées sont toujours plus fortes. « Les techniques de ces opposants sont bien connues », explique-t-elle : mise en avant d’informations difficilement vérifiables, dimension émotionnelle forte… et surtout, utilisation optimale des possibilités du web. « Plutôt que d’utiliser internet pour faire de l’affichage, ils font de la communication horizontale en dialoguant avec les différentes communautés. »

Ne pas monter seul au front

Face à cette déferlante médiatique, Caroline Faillet déplore le manque de concertation des différents acteurs des filières viande. « Il ne faut pas monter seul au front, mais au contraire agir en réseaux, utiliser tous les moyens disponibles, youtube, facebook, twitter… » Les angles de communication sont multiples : plaisir de manger, équilibre nutritionnel, environnement, dimension normative, « c’est-à-dire faire passer le message que manger de la viande n’est pas mal ». Cette approche concertée doit aussi coordonner des démarches individuelles. « Un message passera mieux si c’est un éleveur qui le publie plutôt qu’une organisation syndicale ou professionnelle. Et plus il y aura d’éleveurs à s’emparer du sujet, plus l’objectif de marginaliser l’impact des opposants sera facile à atteindre ». Message parfaitement reçu par les responsables professionnels présents à l’AG. « Le syndicalisme et les organisations économiques travaillent aujourd’hui au développement de réseaux d’éleveurs et de salariés impliqués sur la toile », a conclu Philippe Bizien, le président du Comité régional porcin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Vers des élevages de porcs plus autonomes en protéines
Le programme SOS Protein (1) lancé par les régions Bretagne et Pays de la Loire a pour objectif de limiter la dépendance des…
Un concours européen sur les meilleures pratiques d’élevage

Comme chaque année depuis 2017, le concours européen des meilleures pratiques d’élevage (EUPig) est…

Valoriser la mixité porcs-bovins dans le Massif central

Les acteurs de la filière porcine du Massif central, rassemblés autour de l’Association porc montagne,…

L’Ifip engage le débat sur la transition des élevages de porcs pour mieux répondre aux attentes sociétales
Toutes les enquêtes s’accordent à dire que les consommateurs aspirent à des produits répondant mieux à leurs attentes. Mais les…
La paille en râtelier présente un intérêt comportemental pour le porc. Mais des questions sur le remplissage et sa compatibilité avec les caillebotis subsistent. © Chambre d'agriculture de ...
Des matériaux manipulables par les porcs en quantité et de qualité
Les organisations professionnelles ont publié des recommandations sur l’apport de matériaux manipulables pour répondre aux…
La saucisse de Morteau constitue un débouché majeur pour les producteurs de Franche-Comté. © D. Poilvet
Les ventes de charcuteries franc-comtoises au beau fixe

Il n’y a pas que la hausse des cours qui donne le moral aux éleveurs de porc comtois. « Les ventes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)