Aller au contenu principal

Ils produisent leurs cochettes

L'autorenouvellement des truies a toujours ses adeptes en France, que ce soit par croisement alternatif ou avec un noyau de truies grand-parentales. Aujourd'hui, un quart des élevages produisent eux-même leurs cochettes.

Un état d'esprit 
qui requiert une 
expertise technique 
de haut niveau.
Un état d'esprit
qui requiert une
expertise technique
de haut niveau.
© D. Poilvet

Selon les chiffres nationaux GTE, l'autorenouvellement des truies est pratiqué par un quart des élevages français. Les grands élevages sont principalement concernés par ce mode de production des cochettes. D'après  la chambre d'agriculture de Bretagne, au moins 30 % des élevages de plus de 500 truies utilise cette technique, contre moins de 20 % pour les moins de 300 truies.


Des raisons avant tout financières


Les raisons qui poussent les éleveurs à produire eux-mêmes leurs cochettes sont avant tout financières. Dans une étude qui date de 2008, la chambre d'agriculture de Bretagne avait calculé un gain financier de 29 euros pour le renouvellement à partir d'un noyau de truies grand-parentales, et 59 euros pour du croisement alternatif, en comparaison avec l'achat de cochettes à 242 euros. Un calcul qui varie bien sûr selon le prix d'achat des cochettes croisées, et qui ne tient pas compte d'un éventuel retard génétique. Si la productivité diminue ou que des tares génétiques apparaissent, le gain de marge est très vite annulé.

C'est bien là le principal défaut de l'autorenouvellement, principalement par croisement alternatif. L'apport de sang neuf uniquement par de la semence issue de verrats, pas toujours du meilleur niveau génétique, ne permet pas de profiter pleinement des progrès génétiques de toutes les lignées pures sélectionnés par les OSP. Pourtant, les moyennes GTTT ne montrent pas un écart entre les élevages qui achètent leurs cochettes et ceux qui les produisent. À l'EARL Coué, pas une seule cochette croisée n'a été introduite depuis la création de l'élevage dans les années 60, Pourtant, les truies sèvrent plus de douze porcelets par portée depuis plusieurs années. La multiplication à la ferme à partir de cochettes de race pure achetées peut remédier à ce problème de retard génétique. Réalisée en partenariat avec les OSP, elle est cependant réservée à des élevages de taille importante, à cause surtout des contraintes bâtiments pour élever les futurs reproducteurs dans des conditions optimales.


Faire évoluer les caractéristiques des truies


L'autorenouvellement des cochettes peut aussi avoir pour objectif la recherche de plus d'autonomie, une démarche qui s'apparente à la fabrication des aliments à la ferme ou à la vente en direct. L'objectif de ces éleveurs est de faire évoluer les caractéristiques de leurs truies en fonction de leurs attentes, quitte à acheter si besoin des cochettes croisées pour « apporter du sang neuf ». Un état d'esprit qui requiert une expertise technique de haut niveau, sous peine de dégrader l'homogénéité génétique et technique de son troupeau de reproducteurs.

Voir aussi article L'autorenouvellement, pour un progrès génétique "capté au maximum par les éleveurs".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)