Aller au contenu principal
Font Size

I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité

I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.

« Depuis trois ans, 90 % de nos devis « maternité » en France sont chiffrés sur des cases bien-être », détaille Tanguy Pestel, directeur de I-Tek. S’il y a encore peu de temps la tendance était à l’interrogation, ce chiffre indique clairement la position actuelle des éleveurs sur l’investissement ou non case cases bien-être en maternité. D’ailleurs, depuis deux à trois ans, les équipementiers affichent leur modèle au Space. Cette évolution de marché a obligé I-Tek à élargir sa « gamme maternité », laissant sa traditionnelle Lactek et sa cage ascenseur Lactup pour grande partie à destination de l’exportation. Ainsi, trois modèles étaient exposés lors de la journée porte-ouverte « Pig Dating » organisée par l’entreprise.

La première case bien-être « Protek », commercialisée depuis deux ans et demi, a été vendue à plus de 500 exemplaires. Le modèle reprend la base de la case traditionnelle Lactek, associée aux prérogatives de la mise en liberté de la truie. Une niche en coin apporte confort et sécurité aux porcelets. Le concept de cette case simple se retrouve à quelques détails près chez la concurrence et se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité.

La deuxième case « Matek » est issue d’une réflexion différente. Commercialisé depuis seulement trois mois et déjà vendu à 300 exemplaires, le concept tourne autour de la sécurité de l’éleveur et de l’ergonomie de travail. Ainsi, la mécanique des tubulaires, leur verrouillage et leur disposition sont assez originaux. Conséquence, la surface destinée aux porcelets (3.8 m²) est plus importante au détriment de celle de la truie. La niche à porcelets est ici moins indispensable et devient une option.

La troisième case « Weantek » est conçue pour faire du sevrage sur place. Deux projets de 220 et 180 places doivent voir le jour d’ici peu. Le système totalement innovant a été testé pendant un an en élevage sur huit cases. 17 porcelets de 32 kg peuvent être sevrés grâce notamment à un mécanisme de relevage papillon des bat-flancs. Le système de distribution à sec par palette doit permettre à la truie d’éduquer les porcelets à s’alimenter : « Le but étant d’avoir une alimentation à volonté sans gaspillage », précise Tanguy Pestel.

Chaque modèle dispose d’un sol plastique porteur truie avec un caillebotis fonte sans margelle sous la truie. De même, le galbage des tubulaires ainsi que la hauteur (1 m) et l’épaisseur (50 mm) des panneaux polypropylène (PP) de la zone liberté de la truie ont été étudiés afin qu’ils empêchent cette dernière de sortir de sa zone. La partie porcelet est aménagée avec des séparations basses en pvc (ép.30 mm/Ht 500 mm). Seule la case « Weantek » est sur trois côtés équipée de panneaux PP de hauteur d’un mètre et de 0.8 m sur le dernier pour une épaisseur de 50 mm : d’où son tarif de base plus élevé que ses deux consœurs. Chaque case dispose aussi de barres anti-écrasement dans les zones sensibles afin de protéger les porcelets. Un coin propreté a également été imaginé afin de pouvoir racler les déjections si nécessaire.

Bernard Plesse

Case Protek : la classique.

 

 
De conception classique, la case Protek reprend les bases d’un cage standard en l’associant à un nid à porcelets. Elle offre une surface de circulation d’environ 4.80 m² (1.80 m de diamètre) pour la truie et un espace de confort sécurisé de 1 m² pour les porcelets. Un capot translucide facilite la surveillance de ces derniers sur les premiers jours et une trappe guillotine permet de les enfermer. Un portillon de passage arrière de 1.80 m de long facilite l’entrée et la sortie de la truie. Sa rigidité est assurée par deux poteaux de deux mètres de haut et des entretoises..

 

Les plus : Plus de surface pour la truie.

Repères:

Prix : 1 600 à 2 000 € ht.

Dimensions :

Largeur de 2.20 à 2.60 m.

Longueur de 2.60 à 3 m.

Case Matek: la sécuritaire.

 

 
De conception originale, la case Matek a surtout été pensée pour la sécurité de l’éleveur et l’accessibilité de travail. Avec une majorité de séparations basses (50 cm de haut), l’exploitant accède facilement à la case tout en disposant d’une bonne visibilité. De même, le mécanisme d’ouverture et de verrouillage du bat-flanc permet de maintenir une protection. Cette disposition a pour avantage d’augmenter la surface disponible pour les porcelets rendant non obligatoire la niche (option). En revanche, la truie ne dispose plus que de 2.40 m².

 

Les plus : Sécurité et visibilité.

Les moins : Surface plus limitée pour la truie.

Repères:

Prix : 1 400 à 1 800 € ht.

Dimension :

Largeur 1.90 à 2.60 m.

Longueur 2.60 à 3 m.

Case Weantek : pour un sevrage sur place.

 

 
Conçue pour un sevrage sur la place, la Weantek a été étudiée pour pouvoir engraisser jusqu’à 17 porcelets de 32 kg. Exceptée la façade d’entrée (0.8 m), toutes les cloisons de séparation polypropylène mesurent 1 m de haut et sont toutes en épaisseur 50 mm. Le système de relevage papillon permet de lever facilement les deux bat-flancs pour libérer totalement l’espace de sevrage. Une option « portillon rabattable » facilite l’accès à la case. Le système d’alimentation à sec par palette a été conçu afin que la truie puisse éduquer ses porcelets à l’utiliser pour s’alimenter dans la même auge.  Pour limiter le gaspillage, une manette manuelle permet de régler le degré d’ouverture Néanmoins, un maxitolva en complément est préconisé sur les premiers jours pour accompagner la transition.

 

Les plus :

Peu de tubulaire : facilite le lavage.
Limite le stress du sevrage pour les porcelets

Repères :

Prix : 1 700 à 2 000 € ht.         

Dimension :

Largeur 2.40 à 2.80 m

Longueur 2.60 à 3 m.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)