Aller au contenu principal
Font Size

Herta, Bigard et Evel’Up contractualisent sur 2 000 porcs par semaine

Le dispositif d’avance de trésorerie remboursable, mis en place par les trois partenaires, va gérer les écarts entre le prix de production et le prix de vente du porc.

Fabrice Didier, responsable de la filière porc chez Bigard Quimperlé, Guillaume Roué, président d’Evel’Up, et Arnaud de Belloy, PDG de Herta. "Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs."
© DR

Le salaisonnier Herta, l’abatteur Bigard et le groupement de producteur Evel’up ont annoncé, le 25 février sur le Salon de l’agriculture, le lancement d’une contractualisation dès le 1er avril sur environ 2 000 porcs par semaine. L’un des objectifs de ce contrat vise notamment à lisser le revenu des exploitants agricoles. Dans ce cadre, un dispositif d’avance de trésorerie remboursable va être mis en place lorsque le prix de marché sera inférieur à l’indice de coût de production défini par Inaporc et recalculé chaque trimestre. Elle sera versée par Herta au groupement, qui la répartira ensuite entre les éleveurs. Le remboursement de cette avance de trésorerie se fait si l’éleveur sort de la démarche à la fin des trois ans. Il peut également choisir de prolonger l’engagement pour poursuivre la gestion de son avance de trésorerie. « Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs. Concrètement, il permet d’assurer des garanties de débouché à la filière », précise Guillaume Roué, président d’Evel’Up.

Un fonds sera également alimenté pour financer des projets de R & D, de modernisation d’élevage ou d’installation de jeunes agriculteurs. Il pourra récolter jusqu’à 50 000 euros par an. Les exploitants intégrés à la filière Préférence d’Herta et référencés auprès de l’abattoir Bigard de Quimperlé peuvent entrer dans la démarche à hauteur de 30 %, 40 % ou 50 % de leur volume. Ils s’engagent à respecter un cahier des charges sur le bien-être animal, la qualité de la viande et à ne pas utiliser d’antibiotique en post-sevrage. « On va plus loin que nos précédents contrats avec une durée de trois ans et la prise en compte du coût de production des éleveurs », s’est félicité Arnaud de Belloy, le PDG de Herta. Il précise que l’engagement d’Herta ne pourra pas être remis en cause en cas de changement de propriétaire. Bigard devrait de son côté renforcer sa place de premier fournisseur auprès d’Herta avec une augmentation des volumes de jambon livrés de l’ordre de 15 à 20 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)