Aller au contenu principal

Herta, Bigard et Evel’Up contractualisent sur 2 000 porcs par semaine

Le dispositif d’avance de trésorerie remboursable, mis en place par les trois partenaires, va gérer les écarts entre le prix de production et le prix de vente du porc.

Fabrice Didier, responsable de la filière porc chez Bigard Quimperlé, Guillaume Roué, président d’Evel’Up, et Arnaud de Belloy, PDG de Herta. "Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs."
© DR

Le salaisonnier Herta, l’abatteur Bigard et le groupement de producteur Evel’up ont annoncé, le 25 février sur le Salon de l’agriculture, le lancement d’une contractualisation dès le 1er avril sur environ 2 000 porcs par semaine. L’un des objectifs de ce contrat vise notamment à lisser le revenu des exploitants agricoles. Dans ce cadre, un dispositif d’avance de trésorerie remboursable va être mis en place lorsque le prix de marché sera inférieur à l’indice de coût de production défini par Inaporc et recalculé chaque trimestre. Elle sera versée par Herta au groupement, qui la répartira ensuite entre les éleveurs. Le remboursement de cette avance de trésorerie se fait si l’éleveur sort de la démarche à la fin des trois ans. Il peut également choisir de prolonger l’engagement pour poursuivre la gestion de son avance de trésorerie. « Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs. Concrètement, il permet d’assurer des garanties de débouché à la filière », précise Guillaume Roué, président d’Evel’Up.

Un fonds sera également alimenté pour financer des projets de R & D, de modernisation d’élevage ou d’installation de jeunes agriculteurs. Il pourra récolter jusqu’à 50 000 euros par an. Les exploitants intégrés à la filière Préférence d’Herta et référencés auprès de l’abattoir Bigard de Quimperlé peuvent entrer dans la démarche à hauteur de 30 %, 40 % ou 50 % de leur volume. Ils s’engagent à respecter un cahier des charges sur le bien-être animal, la qualité de la viande et à ne pas utiliser d’antibiotique en post-sevrage. « On va plus loin que nos précédents contrats avec une durée de trois ans et la prise en compte du coût de production des éleveurs », s’est félicité Arnaud de Belloy, le PDG de Herta. Il précise que l’engagement d’Herta ne pourra pas être remis en cause en cas de changement de propriétaire. Bigard devrait de son côté renforcer sa place de premier fournisseur auprès d’Herta avec une augmentation des volumes de jambon livrés de l’ordre de 15 à 20 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)