Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Herta, Bigard et Evel’Up contractualisent sur 2 000 porcs par semaine

Le dispositif d’avance de trésorerie remboursable, mis en place par les trois partenaires, va gérer les écarts entre le prix de production et le prix de vente du porc.

Fabrice Didier, responsable de la filière porc chez Bigard Quimperlé, Guillaume Roué, président d’Evel’Up, et Arnaud de Belloy, PDG de Herta. "Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs."
© DR

Le salaisonnier Herta, l’abatteur Bigard et le groupement de producteur Evel’up ont annoncé, le 25 février sur le Salon de l’agriculture, le lancement d’une contractualisation dès le 1er avril sur environ 2 000 porcs par semaine. L’un des objectifs de ce contrat vise notamment à lisser le revenu des exploitants agricoles. Dans ce cadre, un dispositif d’avance de trésorerie remboursable va être mis en place lorsque le prix de marché sera inférieur à l’indice de coût de production défini par Inaporc et recalculé chaque trimestre. Elle sera versée par Herta au groupement, qui la répartira ensuite entre les éleveurs. Le remboursement de cette avance de trésorerie se fait si l’éleveur sort de la démarche à la fin des trois ans. Il peut également choisir de prolonger l’engagement pour poursuivre la gestion de son avance de trésorerie. « Ce dispositif a vocation à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs. Concrètement, il permet d’assurer des garanties de débouché à la filière », précise Guillaume Roué, président d’Evel’Up.

Un fonds sera également alimenté pour financer des projets de R & D, de modernisation d’élevage ou d’installation de jeunes agriculteurs. Il pourra récolter jusqu’à 50 000 euros par an. Les exploitants intégrés à la filière Préférence d’Herta et référencés auprès de l’abattoir Bigard de Quimperlé peuvent entrer dans la démarche à hauteur de 30 %, 40 % ou 50 % de leur volume. Ils s’engagent à respecter un cahier des charges sur le bien-être animal, la qualité de la viande et à ne pas utiliser d’antibiotique en post-sevrage. « On va plus loin que nos précédents contrats avec une durée de trois ans et la prise en compte du coût de production des éleveurs », s’est félicité Arnaud de Belloy, le PDG de Herta. Il précise que l’engagement d’Herta ne pourra pas être remis en cause en cas de changement de propriétaire. Bigard devrait de son côté renforcer sa place de premier fournisseur auprès d’Herta avec une augmentation des volumes de jambon livrés de l’ordre de 15 à 20 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)