Aller au contenu principal

Eric Fraboulet pilote au plus juste son engraissement

Il fait partie du groupe d’éleveurs qui ont affiché les meilleures performances en engraissement au sein de l’échantillon Cooperl. Sa recette : rigueur et respect des fondamentaux.

Les résultats sont au rendez-vous chez Eric Fraboulet, naisseur-engraisseur de 280 truies à Saint-Thélo dans les Côtes-d’Armor : la GTE d’octobre 2014 à septembre  2015 affiche un GMQ 30-115 kg de 855 g/j et un indice de 2,47, ce qui place ce jeune éleveur dans la catégorie « élevages à moins de 2,6 d’IC en engraissement » sur l’échantillon enquêté (voir pages précédentes).

La visite de son élevage et la discussion qui s’installent confirment les points clés identifiés par Thierry Méner et son équipe : le choix de l’aliment en miette pour la soupe, la rigueur dans la distribution, avec une surveillance serrée d’un repas par jour et l’ajustement de chaque vanne, et le confort des porcs – pas de surcharge, 35 cm par porc à l’auge, des cases de 11 à 13 porcs et une ambiance des salles parfaitement maîtrisée.

À l’entrée en engraissement, les porcs sont issus d’une même case de post-sevrage divisée en deux, pour constituer des cases de 11 à 13 porcs, femelles et mâles entiers mélangés. Le plan d’alimentation suit une courbe « classique » : 40 g par kilo de poids vif, puis une augmentation « aussi rapide que possible » pour atteindre le plafond de 2,55 kg, un niveau revu à la baisse compte tenu de carcasses des femelles jugées trop grasses avec un précédent plafond à 2,65 kg. L’aliment est distribué en trois repas (4 h, 10 h 30 et 18 h), tous les jours, « avec toujours un repas surveillé de près », le pocket d’Acemo en main pour gérer chaque vanne si besoin. Au final, la consommation moyenne est de 2,11 kg par porc et par jour.

L’éleveur prend aussi le soin de vérifier chaque auge et nettoyer si besoin avant la distribution. Les aliments utilisés sont le Multi BE croissance puis Multi BE finition, « qui représentent 95 % de nos ventes d’aliments pour porcs charcutiers, sachant que ces formules sont spécifiques à la production de mâles entiers », précise Thierry Méner, responsable aliment Cooperl.

Par ailleurs, le souci de l’hygiène est remarquable. L’éleveur nettoie sa machine à soupe systématiquement chaque semaine, vide les fosses entre chaque bande de porcs, et porte un soin évident à la propreté à tous les niveaux de l’élevage.

Des pistes de progrès sont encore envisagées. Tout d’abord, alourdir les carcasses, et « tirer profit des derniers kilos permis par la gamme Cooperl », à savoir viser 96 kg de poids chaud, contre 93 kilos aujourd’hui. Le nouvel engraissement qui a été mis en service début mars (et qui, avec 7 500 places au total, permet d’engraisser la totalité des porcs) va le permettre, et contribuer sans doute à améliorer encore l’indice de consommation. Avec une ventilation centralisée, l’ambiance y est particulièrement bonne, tous les fondamentaux y sont respectés, et l’effectif total de porcs va permettre de passer de 3 départs à 4, voire 5 départs par bande pour cibler au mieux l’optimum de poids de carcasse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
Pierre Cloarec dans la zone de courettes de son nouvel engraissement. «Je tenais à ce que les porcs aient un accès à l'extérieur.»  © A. Puybasset
Un bâtiment bien-être avec courettes extérieures pour l’engraissement des porcs
Pierre Cloarec a investi dans un engraissement alternatif de 672 places, avec lumière naturelle et courette extérieure. Son…
L'export devrait stimuler la production dans les bassins de production américain. © Chayakorn/stock.adobe.com
La production de porcs dans le monde va augmenter en 2021
La production mondiale de porcs devrait rebondir en 2021 par rapport à 2020. Mais la reprise ne permettra pas de retrouver les…
Frédéric Bloyet, le chef d’élevage de la Huettière (2e en partant de la droite) avec Charline Bardoul, Thibault Juton et Quentin Boisrame. « Une bonne productivité des truies est le résultat d’un travail d’équipe. » © D. Poilvet
Une productivité élevée des truies grâce à l’organisation du travail dans une maternité collective
À la SCEA de la Huettière, chaque bande en maternité est sous la responsabilité de l’un des trois techniciens d’élevage de l’…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)