Aller au contenu principal
Font Size

Elanco valide la vaccination Stellamune sans aiguille

Elanco démontre l’intérêt de vacciner les porcelets contre le mycoplasme avec un dispositif d’injection intramusculaire sans aiguille, dont l’efficacité est aussi bonne qu’une injection classique.

Elanco France fait la démonstration que l’amélioration du confort de travail passe aussi par de nouvelles techniques de vaccination, en préconisant la vaccination sans aiguille des porcelets contre le mycoplasme. "Nous avons validé un protocole utilisant un dispositif d’injection intramusculaire sans aiguille fonctionnant à l’air comprimé, avec le même vaccin (Stellamune mono) et la même dose (2 ml) qu’une vaccination avec aiguille", explique Thomas Gin, vétérinaire Elanco. Pour cela, l’équipe technique Elanco a utilisé le MS Pulse 250 (Schippers) associé à un chariot de soin, souvent utilisé en maternité pour injecter le fer aux porcelets. À ne pas confondre donc avec l’injection intradermique, qui envoie le vaccin sous la peau, nécessite une dose de vaccin moins importante et demande une AMM spécifique.

La validation du protocole a été réalisée en deux temps, d’abord en conditions expérimentales, puis sur le terrain, dans un élevage breton de 450 truies naisseur-engraisseur. L’essai réalisé en station qui porte sur 116 porcelets démontre l’absence de réactions au moment de l’injection : pas de montée en température, de signes cliniques ou de réactions au site d’injection. Les notes pulmonaires ainsi que les quantités de M.hyo prélevés dans les fluides de lavage broncho-alvéolaire sont basses, quel que soit le protocole de vaccination avec ou sans aiguille.

L’essai terrain a été réalisé à l’EARL Rouxel-Ruellan à Plénée-Jugon (Côtes d’Armor) avec les vétérinaires de la Selas Hunaudaye. Cet essai qui porte sur 1 400 porcelets vaccinés à 20 jours avec le Stellamune Mono confirme l’efficacité de la vaccination sans aiguille. Dans la même bande, la moitié des porcelets a été vaccinée avec une aiguille, et l’autre avec le MS pulse 250. "Pour les deux lots, la note moyenne des poumons à l’abattoir est identique, qu’ils aient été vaccinés avec ou sans aiguille", souligne Jessica Rouillier, vétérinaire à la Selas de la Hunaudaye. Idem pour le pourcentage de poumons indemnes, et pour les performances techniques sevrage-vente (croissance, âge, poids et classement à l’abattage).

La préférence de l’éleveur et de son chef d’élevage, Bernard et Stéphane Rouxel, va cependant nettement en faveur de l’injection sans aiguille. Outre la suppression du risque de contamination toujours bien présent avec les aiguilles, ils apprécient la facilité de la vaccination avec l’injecteur pneumatique. L’appareil avait été acquis en 2013 en même temps qu’un chariot pour faire les soins sans avoir à plier le dos. "Son utilisation pour la vaccination Stellamune nous évite avoir à investir dans un système de vaccination spécifique", apprécie Bernard Rouxel. Pour une vaccination à trois jours, l’injecteur fixé au chariot déjà utilisé pour le fer est suffisant. Pour une vaccination à 20 jours, il faut prévoir un pistolet, plus facile à manipuler pour des porcelets plus lourds. Dans ce cas, le flacon contenant le produit est indépendant du système d’injection. Une disposition appréciée par Stéphane Rouxel. "Avec des bandes désormais composées de 1 400 porcelets pour 104 truies, les soins réalisés par deux personnes durent toute la journée. Ces équipements ergonomiques comptent beaucoup, car ils limitent la fatigue musculaire au niveau de la main." Un avis partagé par Bernard Rouxel, soucieux d’optimiser les conditions de travail de ses salariés. "Le confort au travail contribue largement à l’amélioration de la productivité des élevages. Il doit donc être considéré comme un axe de réflexion prioritaire", conclut-il.

Le prélèvement trachéo-bronchique efficace pour détecter M.hyo

Elanco utilise depuis cinq ans la technique du prélèvement trachéo-bronchique pour affiner son diagnostic de M.hyo. "Nous avons démontré que c’est la technique la plus efficace pour détecter M. hyo", souligne Thomas Gin. Le prélèvement doit être fait sur vingt porcelets âgés de 28 à 42 jours, dont dix porcelets issus de primipares. L’animal est maintenu immobile au lasso. Un pas-d’âne maintient sa gueule ouverte. Une sonde est introduite entre son palais et le câble du lasso pour qu’elle puisse glisser ensuite dans la trachée jusqu’à la bifurcation trachéo-bronchique. L’extrémité du tube enduit de la glaire pulmonaire est ensuite sectionnée, puis isolée dans un flacon pour être analysée par PCR au laboratoire. "Grâce à ce mode de prélèvement très fiable, nous pouvons mettre en place dans chaque élevage le protocole de vaccination le plus pertinent en fonction du statut sanitaire des animaux," conclut Thomas Gin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)