Aller au contenu principal

Du cochon au pays des Salers

Dans le Cantal, des jeunes s'installent encore en production porcine. La profession organisée en filière veut continuer d'exister aux côtés des productions bovines dominantes.

© dp
Avec la création d’un atelier neuf de 130 truies naisseur-engraisseur, Benoît Julhes a décidé d’ajouter la production porcine au Gaec familial, qui exploite un troupeau de 80 vaches allaitantes à Badailhac, dans le Cantal. Le défi est de taille pour ce jeune éleveur de 28 ans. Dans ce département qui ne compte plus qu’une quarantaine d’éleveurs de porcs, les productions bovines sont nettement dominantes. Le groupe coopératif Altitude, basé à Aurillac, compte 800 adhérents producteurs de lait et 2000 producteurs de viande! Cette prédominance a notamment pour effet un surenchérissement du prix de l’hectare d’herbe. « À cause de la course au foncier généralisée dans le département, il n’y avait pas de place pour agrandir le troupeau existant », expliquait Jean-Pierre Julhes, père et désormais associé de Benoît, à l’occasion de la porte ouverte organisée le 24 octobre dernier pour l’inauguration des bâtiments. « J’ai découvert la production porcine en travaillant quatre ans comme technicien au groupement CAPP d’Aurillac », indique Benoît Julhes. Le groupement fait partie du groupe Altitude qui dispose de trois usines d’aliment, d’un abattoir et de deux outils de salaisonnerie qui valorisent les carcasses (voir page 16). « Avec le soutien de la filière, mon projet est facilement passé auprès du banquier malgré un investissement de 650000 euros. » Par ailleurs, l’absence de hors-sol dans le département rend quasiment inexistantes les contraintes d’épandage. « Nous disposons de 637 hectares de surfaces épandables pour nos deux productions. » Le plan d’épandage est basé sur les besoins réels des plantes (essentiellement de l’herbe), à savoir 120 unités d’azote et 45 unités de phosphore. « Grâce à une capacité de stockage de neuf mois, les épandages de lisier se feront quand la plante en aura besoin, et se substitueront aux engrais minéraux. » Pour Benoît Julhes, le plus difficile a été de mener à bien le dossier installation classée. Il a fallu deux ans pour obtenir l’autorisation d’exploiter, malgré l’absence d’opposition au projet. La politique des pouvoirs publics n’incite pas non plus à investir dans le porc. « Nous avons obtenu à peine 10% de subventions, alors que les productions bovines bénéficient de taux nettement plus élevés pour financer leurs bâtiments. » La filière apporte une plus-value moyenne de 13 c par kilo de carcasse Avec un prévisionnel de 2700 porcs vendus chaque année, la part du bâtiment dans le prix de revient prévisionnel est de 0,22 euro par kilo de carcasse. L’aliment représente un coût de 1,10 euro/kg. « Nous l’achetons à la coopérative, car sans production de céréales, il n’est pas rentable de fabriquer l’aliment à la ferme », justifie Benoît Julhes. Au total, avec les prix d’aliment actuels, le prix de revient prévisionnel est de 1,60 euro/kg de carcasse. Pour le couvrir, l’éleveur compte sur les plus-values qualité apportées par la marque Cantalou Porc de Montagne, exploitée par les outils de transformation d’Altitude. « Par rapport au prix de base cadran breton, majoré de la plus value Uniporc, la filière apporte une plus value moyenne de 13 centimes par kilo de carcasse », indique Christian Jouvente, le directeur du groupement. C’est en artie grâce à cette plus-value que Julien Bar, un autre jeune installé en 2007 dans des conditions similaires à Benoît Julhes, dégage un revenu positif malgré la crise. « Il faut faire savoir que pour les jeunes de notre région, la production porcine est une bonne opportunité si on se donne les moyens de bien travailler », explique-t-il. « Un bon bâtiment est un préalable indispensable pour dégager des résultats techniques et maîtriser le sanitaire. Le lisier est aussi très bien valorisé par les prairies. Au prix actuel des engrais minéraux, il permet des économies appréciables », conclut-il.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

[VIDEO] Le YouTuber L’Agricoq filme un élevage de porcs conventionnel
Corentin Le Baut, alias L’Agricoq, publie chaque semaine sur sa chaîne Youtube des vidéos sur l’agriculture. Celle d’un élevage…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
L’engraissement type de 1 000 places proposé par Cirhyo est de type conventionnel, avec une conception et des équipements permettant des performances de haut niveau afin d’assurer un bon revenu pour l’éleveur même en période de remboursement des annuités. © D. Poilvet
Un engraissement simple pour se lancer dans le porc dans le Massif Central
Le groupement Cirhyo propose un engraissement type de 1 000 places pour produire du porc en complément d’une autre production.…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)