Aller au contenu principal

Santé et nutrition
DSM précise les bases de la santé intestinale du porcelet

John Pulske, professeur à l'université de Murdoch, en Australie, était invité le 21 avril à Rennes par DSM à apporter les dernières connaissances sur la santé digestive du porcelet au sevrage.
© DR

Fin avril, DSM organisait à Rennes une matinée de débat autour de la santé intestinale du porcelet au sevrage, avec pour invité le professeur John Pluske, de l’université de Murdoch en Australie. Connu pour ses travaux de recherche conduits au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Australie, il a passé en revue les connaissances sur le tractus digestif du porcelet, l’importance de la flore digestive (le microbiote) et les changements majeurs qui interviennent au moment du sevrage. Il a complété cette revue par le point sur les relations entre les nutriments, en particulier les protéines et les carbohydrates, la fonctionnalité du tube digestif et les micro-organismes, pathogènes ou non, s’y développant. Sa conférence s’est achevée sur les hypothèses de mode de fonctionnement de l’oxyde de zinc et les « possibles » alternatives à de hauts niveaux de ZnO dans l’aliment de sevrage. En particulier une forme micro-encapsulée qui, avec seulement 100 ppm, aurait une efficacité équivalente à celle des 2 500 ou 3 000 ppm de la forme habituelle.

La matinée s’est achevée sur une présentation des derniers résultats d’essais sur VevoVitall. Daniel Planchenault, responsable technique porc DSM, a décrit les propriétés de cet acide benzoïque, son « mode d’action unique » sur la flore intestinale, l’anatomie du tube digestif, et sa contribution possible dans une démarche de démédication.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)