Aller au contenu principal

Deux jeunes créent leur atelier de multiplication Nucléus

Sébastien Thomas et Antony Pichot du Gaëc de la Grande Tremblais à Bréal-sous-Montfort, en Ille-et-Vilaine, viennent d’achever les travaux de rénovation et de construction d’un élevage sous air filtré pour démarrer leur nouveau métier de multiplicateur Nucléus.

Ils ont la trentaine, une formation en production animale, une expérience de salarié en élevage porcin et tous deux une expérience commerciale réussie : Sébastien en alimentation animale (Coop du Garun et Gouessant), Antony en génétique (Cobiporc et Amelys).

Aujourd’hui, ils se retrouvent associés en Gaëc avec un outil prêt à fournir pour Nucléus des cochettes Carlyne de haut niveau sanitaire.

Le projet a été « rondement mené ». Sébastien témoigne : « En juillet 2014, nous avons rencontré les groupements qui, potentiellement, pouvaient répondre à nos attentes. Très vite, la solution Cooperl s’est imposée au regard du sérieux de l’approche économique et des options en matière d’environnement et de conception de bâtiment. Puis tout s’est passé exactement comme le prévoyait le planning ». À savoir le démarrage des travaux avec le terrassement en juin 2015, un chantier plutôt favorisé par une météo favorable, et l’achèvement en mars 2016 pour réceptionner les premières cochettes Landrace prêtes à mettre bas en avril. Et vendre les premières cochettes Carlyne en novembre 2016.

Rénovation d’existant et création de bâtiments neufs

Le chantier n’était pourtant pas mince. L’élevage a été conçu sur la base de l’élevage existant de 140 truies naisseur-engraisseur des parents de Sébastien Thomas et l’agrandissement pour passer à 245 truies en multiplication. Avec donc une rénovation de bâtiments âgés d’une quinzaine d’années et particulièrement bien entretenus, et la construction du complément en places de gestantes (104), en maternité (10 places), post-sevrages et engraissements (1 370 places), ainsi que les locaux techniques, une quarantaine neuve et, en cours, des capacités de stockage des céréales produites sur les 70 hectares du Gaëc qui, à terme seront valorisées dans l’élevage.

Filtration de l’air intégrale

Un atout majeur de l’élevage existant est d’avoir été conçu en deux blocs parallèles, séparant le naissage et l’engraissement. Il « suffisait » donc de prolonger ces blocs existants et placer au centre la centrale de filtration. Pour les nouvelles places, les éleveurs ont pris des options « éprouvées et relativement simples » : cases balance Coquelin en maternité, caillebotis-fil, béton et plastique en post-sevrage, multiphase Acemo et Tuffigo, chauffage de toutes les salles par air pulsé chauffé au gaz (Heoss de Systel), ventilation centralisée basse… Les éleveurs ont toutefois apporté leur « touche personnelle » avec des équipements qu’ils ont jugés importants et intéressants d’un point de vue hygiène et facilité de travail. Entre autres des tuyaux pompiers branchés sur un surpresseur afin de laver plus facilement les fosses (entre chaque bande), des prises d’air en maternité pour « souffler » en particulier les radiants, un injecteur automatique d’acide dans la machine à soupe qui permet de se passer du lavage, le raccordement à la terre de toutes les structures métalliques présentes dans les salles…

Le coût du chantier n’est pas communiqué. « Ce n’est pas parce que je fuis la question et ne veux pas parler d’investissement. Au contraire. Mais chaque fois que de telles données sont fournies, elles peuvent être mal interprétées. Que met-on dans le coût total ? Doit-on compter les frais pour réaliser une cour propre et spacieuse, comment faire la part de l’existant, autant de points qui font que le coût total, ramené à la place, n’a pas beaucoup de sens », justifie Sébastien. Qui ajoute que « le projet a été jugé finançable, et a été financé par la banque ».

 
 
Témoignage

Rémy Chemin technico-commercial et Mickaël Bordier, responsable bâtiment Cooperl.

"Il s’agit du vingtième élevage du schéma génétique Cooperl sous air filtré"

"La conception de l’élevage du Gaec de la Grande Tremblais s’inscrit dans la démarche de progrès sanitaire de la pyramide de multiplication mise en œuvre par Cooperl. L’objectif est de garantir aux clients un niveau sanitaire des reproducteurs qui permette d’exprimer pleinement le potentiel génétique des animaux tout en minimisant les dépenses de santé. Elle s’inscrit dans la stratégie de démédication, Nucléus étant l’entreprise de génétique qui a le plus investi dans le domaine du sanitaire."

 
 
 

Des détails pour assurer l’hygiène et la biosécurité

Les futurs éleveurs ont tout particulièrement soigné les détails qui vont leur permettre de respecter au maximum les règles d’hygiène, de biosécurité, et optimiser leur temps de travail. Des vannes de purge sont installées dans chaque circuit, ce qui, outre la propreté des circuits d’eau, permettra aussi de laver facilement les bottes dans les salles. Les maternités sont équipées d’arrivées d’air comprimé pour dépoussiérer facilement, et la gestante est équipée de raccords pompiers pour faciliter le nettoyage des fosses avec de gros débits d’eau.

Enfin, chaque « compartiment » de l’élevage possède son propre code couleur qui se décline des cottes au matériel : bleu pour le naissage, jaune pour la quarantaine, vert pour le PS et l’engraissement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)