Aller au contenu principal

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons

L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué à assainir la situation financière des élevages, mieux armés pour passer une année 2021 qui s’annonce moyenne.

2020 était partie pour être une année de records des résultats financiers en élevages de porcs, après une année 2019 déjà exceptionnelle. Mais la chute du cours du MPB suite à la pandémie de Covid-19 et à l’épidémie de fièvre porcine en Allemagne ont cassé la dynamique et fait de 2020 une année très contrastée, restant toutefois à un très bon niveau. C’est ce que souligne l’analyse de Cerfrance Bretagne, réalisée à partir des exercices clôturés de quelque 600 élevages naisseurs-engraisseurs spécialisés bretons. La marge brute par truie, qui a grimpé en moyenne à 1 820 euros pour les exercices clôturés durant le premier semestre 2020, a terminé à 1 404 euros en fin d’année (4e trimestre). Un niveau, certes légèrement plus faible que celui de 2019 (1 494 euros par truie), mais qui reste bien au-delà du seuil minimum par truie nécessaire pour couvrir les charges de structure et la rémunération des exploitants, calculé à 1 140 euros par truie pour 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)