Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des mini porcs comme modèle humain

L’Inra de St Gilles élève des miniporcs qui servent de modèles pour des recherches d’ordre médical conduites avec les CHU de Rennes et Nantes, principalement sur l’obésité et la nutrition des prématurés.

© cg

Ils sont petits, très petits, ces miniporcs de la station de l’Inra de St Gilles. Adultes (avec une alimentation équilibrée), ils ne pèsent pas plus de 45 kg. Et comme tout porc, ils présentent au niveau de leur anatomie et de leur physiologie, de grandes similitudes avec l’homme. Beaucoup plus que les rats ou cobayes de laboratoire classiquement utilisés en recherche médicale. Ils sont donc devenus des supports convoités pour des recherches conduites par l’Inra avec les médecins des hôpitaux de Rennes et Nantes, mais aussi avec des médecins du sport, des industriels de la nutrition/santé ….(voir pages suivantes).

Ainsi, un premier programme portant sur l’obésité a permis aux chercheurs de l’Inra et aux médecins d’apporter des réponses très intéressantes. Il confirme que, sur ce problème de l’obésité, le miniporc est un bon modèle pour l’homme ; Les chercheurs sont parvenus à rendre ces porcs obèses en leur donnant un régime (type « fast food ») hypercalorique, enrichis en gras et en sucre. La répartition des masses adipeuses chez ces porcs est comparable à celle observée chez les humains obèses, avec une forte proportion de gras intra-abdominal. De plus, comme chez l’homme, ces porcs obèses deviennent diabétiques, leur cerveau fonctionne différemment et leur comportement alimentaire spontané est modifié : ils se gavent sur des repas très courts, puis fragmentent leurs repas. C’est le « grignotage » connu chez les obèses. « Ces multiples similitudes avec l’humain prouvent que ces miniporcs sont un bon modèle pour étudier les maladies métaboliques, l’adiposité et les déterminants nerveux de l’obésité » conclut David Val-Laillet, chargé de recherches à l' UMR SENAH.

L’Inra crée son propre troupeau de miniporcs

Aujourd’hui, le site de St Gilles compte une trentaine de miniporcs de race Göttingen, race qui a été créée en Allemagne en 1980 à partir de porcs Pittman-Moore (développés à l’Université du Minnesota) et de porcs vietnamiens.

L’idée de l’Inra est donc aujourd’hui de constituer son propre troupeau ici, à St Gilles, sur la base d’un croisement de miniporcs Pittman-Moore, vietnamiens et Yucatan. Des bâtiments ont été entièrement rénovés à cet effet.

Charles-Henri Malbert, en charge de ce dossier, prévoit que les premiers porcs de race pure vont arriver en mai 2009 avec pour objectif de disposer de porcs croisés à l'horizon 2012. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Actualité scientifique : Les vers de terre apprécient les lisiers et les digestats

L’épandage de digestat de méthanisation mais aussi de lisiers de porc et de bovin permet d’augmenter la biomasse et la…

Vignette
Effluents d’élevage : gare aux accidents !
Les pollutions accidentelles des cours d’eau par des effluents peuvent se produire dans n’importe quel élevage. Tour d’horizon…
Vignette
Une communication positive sur les réseaux sociaux
Mathias Morel, de l’agence Comptoirs, conseille d’intervenir sur les réseaux sociaux avec humour ou au moins bonne humeur et de…
Vignette
L’énergie, le carburant des mises bas réussies
La truie doit pouvoir compter sur l’énergie apportée par l’alimentation pour que la mise bas se déroule dans de bonnes conditions…
Vignette
L'Ifip et Uniporc Ouest évaluent une méthode de détection automatique des carcasses malodorantes 
L’Ifip et Uniporc Ouest s’intéressent de près à une méthode d’analyse en abattoir de scatol et d’androsténone, les deux…
Vignette
Adrien Simon parle de son élevage sur Twitter
Actif depuis mars sur Twitter, Adrien Simon parle de son métier d’éleveur sur un ton décalé et de façon positive.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)