Aller au contenu principal

Denkavit prône l’alimentation liquide sous la mère

Dans l’objectif de gagner du temps et d’optimiser la croissance des porcelets, Denkavit propose des aliments d’allaitement, conçus pour une distribution liquide sous la mère.

Assurer un meilleur démarrage des porcelets, gagner du temps et aider à la démédication, tels sont les objectifs des aliments d’allaitement développés par l’entreprise néerlandaise Denkavit. Au départ, cette société spécialisée dans la nutrition des nouveau-nés en élevage (porcelets, agneaux, chevreaux, veaux…) a fait le constat de l’augmentation régulière de la taille des portées, tandis que les capacités d’allaitement des truies restent stables. Il est donc nécessaire, au-delà d’un certain stade, de complémenter l’alimentation des porcelets pour leur assurer une croissance régulière.

En outre, même si la plupart des porcelets reçoivent un aliment sec en augette dès les premiers jours, le sevrage provoque une chute brutale des volumes alimentaires ingérés, qui ramène les quantités consommées quotidiennement de 250 g de matière sèche à 50 g en moyenne. Il faut ensuite une dizaine de jours pour qu’elles retrouvent leur niveau initial. « Ce phénomène provoque une perte de poids chez le porcelet et une perturbation de la flore digestive qui le fragilisent en post-sevrage. Il s’ensuit non seulement un ralentissement de la croissance mais surtout, un risque accru d’infection, notamment par streptocoques et de diarrhées nécessitant un recours aux antibiotiques », explique Ard van Enckevort, manager technique chez Denkavit.

Distribution fractionnée ou à la demande

Les aliments destinés aux porcelets sous la mère ont pour objectif d’éviter ce phénomène. Grâce aux systèmes de distribution liquide automatiques désormais proposés aux éleveurs, les porcelets apprennent très tôt à manger en augette. Par conséquent, au moment du sevrage, ils continuent naturellement à consommer ce qui leur est proposé. Dans certains élevages des Pays-Bas, ils sont même laissés encore quelques jours dans les cases de maternité entre le sevrage et le déplacement en post-sevrage. Dans son centre de recherche et d’innovation, Denkavit teste l’utilisation de ses produits selon deux modalités. D’une part un système de tasse, qui permet seulement la distribution de lait. D’autre part le Nutrix + produit par la société allemande Weda, qui ressemble à une minimachine à soupe et permet d’employer toute la gamme des produits Denkavit, de l’aliment strictement lacté, avec adjonction éventuelle de plasma, à un aliment préstarter ou 1er âge qui assure la préparation au sevrage.

Ces systèmes automatisés procurent un gain de temps en élevage. Ils autorisent également un apport fractionné et régulier pour le système Nutrix + ou à la demande pour les tasses à lait (le porcelet pousse une tige verticale située dans une petite coupelle pour déclencher l’arrivée du lait). Cela permet la distribution de très petites quantités et le maintien de la meilleure hygiène possible.

À ce jour, le seul inconvénient de ces systèmes automatisés est leur coût élevé. Pour le Nutrix +, Weda annonce 200 à 270 euros par place, selon la taille de l’élevage. C’est pourquoi, pour le moment, les élevages équipés ne sont que six en France et une cinquantaine aux Pays-Bas. Ils sont plus nombreux en Allemagne. Les tasses sont quant à elles moins chères à l’installation mais plus coûteuses à l’emploi, parce qu’elles ne permettent que la distribution de lait, plus cher que les aliments préstarter standards.

« J’ai gagné une heure par jour avec l’alimentation liquide »

Chez Jan Aarts à Bladel, dans le sud des Pays-Bas, le système Nutrix + de Weda a été mis en place il y a un an après une période pendant laquelle l’aliment sous la mère était distribué à la main. Ronnie, responsable de la maternité de l’élevage (1 000 truies en naisseur engraisseur) dit avoir gagné une heure de travail par jour grâce à cette installation.

Cet élevage pratique le sevrage à 28 jours. Le complément d’allaitement produit par Denkavit est apporté en deux phases, d’abord le « Lacto Connect » du 5e jour au 19e jour, puis le « Duo » du 19e au 28e jour. Une phase de transition pendant laquelle les deux aliments sont mélangés permet de passer sans heurt d’un aliment à l’autre. La distribution d’aliment solide, quant à elle, est commencée dix jours avant le sevrage, en augettes classiques.

Concernant l’entretien, le système Nutrix + est rincé à l’eau une fois par jour. Il est conçu pour que le dernier tronçon des canaux de distribution puisse être isolé du reste de l’installation et ainsi nettoyé rapidement, sans qu’il soit nécessaire de purger la totalité du circuit. Un lavage plus complet est réalisé une fois par semaine avec un produit basique et deux fois par semaine avec un produit acide.

Concernant les performances techniques, l’élevage annonce une moyenne de 13,6 porcelets sevrés par portée pour 15,5 nés vifs. À l’année, cela représente 30,7 porcelets sevrés par truie. Ronnie dit apprécier la flexibilité du système et le gain de temps qu’il permet. Il souligne également que les truies perdent moins d’état pendant la période d’allaitement. Enfin, avec la complémentation, il observe que les portées sont plus homogènes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Mathieu Cazals, éleveur dans l’Aveyron. « Le Spotmix est un système performant qui permet d’alimenter la totalité de l’atelier à partir de la Faf et de travailler en bouillie pour le postsevrage. » © B. Griffoul
« Jeune installé, Mathieu Cazals estime que son exploitation est viable avec la seule production porcine »
Mathieu Cazals s’est installé sur l’exploitation familiale après treize ans de salariat en élevage. Il passe de 80 à 140 truies…
Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)