Aller au contenu principal
Font Size

Cooperl veut construire un modèle alternatif basé sur la qualité

Le groupement lamballais continue sa montée en gamme pour conquérir de nouveaux marchés.

Emmanuel Commault et Patrice Drillet, président et directeur de Cooperl Arc Atlantique. "Une montée en gamme nous permet de mieux résister qu’avec des produits standard face à nos concurrents allemands et espagnols."
© D. Poilvet

L’assemblée générale de la Cooperl, qui s’est tenue à Lamballe le 15 juin, a été l’occasion pour l’équipe dirigeante de confirmer l’engagement du groupe vers un modèle de plus en plus basé sur la qualité, avec notamment le déploiement du PSA (porc sans antibiotiques) zéro jour. « À cause des distorsions de concurrence économiques, sociales et environnementales toujours pleinement actives, les métiers du porc en France sont menacés. Une montée en gamme nous permet de mieux résister qu’avec des produits standards face à nos concurrents allemands et espagnols », justifie Emmanuel Commault, le directeur du groupe. Il souligne que cette montée en gamme place la coopérative en position favorable aussi bien sur le marché intérieur que sur les marchés internationaux qui représentent 35 % de ses débouchés. Dernier exemple en date, la construction d’une nouvelle usine de salaison à Pékin avec son partenaire New Hope. "Elle valorisera une partie des jambons issus de porcs français élevés sans antibiotiques. Ces produits sont destinés à fournir le marché chinois de plus en plus tourné vers des produits haut de gamme." Selon Patrice Drillet, le président, le PSA au sevrage est un succès. « Le PSA zéro jour qui traduit cette montée en gamme le sera aussi, car il répond aux nouvelles attentes des consommateurs. » Du côté des producteurs, pas d’inquiétude. « Les adhérents s’engagent massivement dans nos cahiers des charges. En 2020 la moitié des porcs Cooperl seront PSA. »

Pour accompagner ces orientations, les dirigeant de Cooperl soulignent les niveaux d’investissement importants réalisés en 2017, « 80 millions d’euros contre 66 millions en 2016 ». 2017 se caractérise également par la reprise des actifs salaison de la financière Turenne Lafayette, qui comptent huit usines et 1 700 collaborateurs. « Ces outils perdaient de l’argent. Nous redressons la situation. Le challenge est en passe d’être relevé. » L’ensemble des outils de transformation sont désormais regroupés sous le nom de La compagnie de salaison, qui inclut également Brocéliande.

Du côté de la production, le nombre de porcs produits en 2017 a baissé de 200 000 unités, à 5,6 millions contre 5,8 millions en 2016. « On ne court pas après les volumes, on produit en fonction de nos débouchés », conclut Patrice Drillet.

En chiffres

Cooperl Arc Atlantique en 2017

2 700 adhérents

7 000 salariés

5,6 millions de porcs produits

4,6 millions de porcs abattus

2,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires

14 millions d’euros de résultat net

80 millions d’euros d’investissements

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)