Aller au contenu principal

Cooperl veut construire un modèle alternatif basé sur la qualité

Le groupement lamballais continue sa montée en gamme pour conquérir de nouveaux marchés.

Emmanuel Commault et Patrice Drillet, président et directeur de Cooperl Arc Atlantique. "Une montée en gamme nous permet de mieux résister qu’avec des produits standard face à nos concurrents allemands et espagnols."
© D. Poilvet

L’assemblée générale de la Cooperl, qui s’est tenue à Lamballe le 15 juin, a été l’occasion pour l’équipe dirigeante de confirmer l’engagement du groupe vers un modèle de plus en plus basé sur la qualité, avec notamment le déploiement du PSA (porc sans antibiotiques) zéro jour. « À cause des distorsions de concurrence économiques, sociales et environnementales toujours pleinement actives, les métiers du porc en France sont menacés. Une montée en gamme nous permet de mieux résister qu’avec des produits standards face à nos concurrents allemands et espagnols », justifie Emmanuel Commault, le directeur du groupe. Il souligne que cette montée en gamme place la coopérative en position favorable aussi bien sur le marché intérieur que sur les marchés internationaux qui représentent 35 % de ses débouchés. Dernier exemple en date, la construction d’une nouvelle usine de salaison à Pékin avec son partenaire New Hope. "Elle valorisera une partie des jambons issus de porcs français élevés sans antibiotiques. Ces produits sont destinés à fournir le marché chinois de plus en plus tourné vers des produits haut de gamme." Selon Patrice Drillet, le président, le PSA au sevrage est un succès. « Le PSA zéro jour qui traduit cette montée en gamme le sera aussi, car il répond aux nouvelles attentes des consommateurs. » Du côté des producteurs, pas d’inquiétude. « Les adhérents s’engagent massivement dans nos cahiers des charges. En 2020 la moitié des porcs Cooperl seront PSA. »

Pour accompagner ces orientations, les dirigeant de Cooperl soulignent les niveaux d’investissement importants réalisés en 2017, « 80 millions d’euros contre 66 millions en 2016 ». 2017 se caractérise également par la reprise des actifs salaison de la financière Turenne Lafayette, qui comptent huit usines et 1 700 collaborateurs. « Ces outils perdaient de l’argent. Nous redressons la situation. Le challenge est en passe d’être relevé. » L’ensemble des outils de transformation sont désormais regroupés sous le nom de La compagnie de salaison, qui inclut également Brocéliande.

Du côté de la production, le nombre de porcs produits en 2017 a baissé de 200 000 unités, à 5,6 millions contre 5,8 millions en 2016. « On ne court pas après les volumes, on produit en fonction de nos débouchés », conclut Patrice Drillet.

En chiffres

Cooperl Arc Atlantique en 2017

2 700 adhérents

7 000 salariés

5,6 millions de porcs produits

4,6 millions de porcs abattus

2,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires

14 millions d’euros de résultat net

80 millions d’euros d’investissements

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Les éleveurs de porcs veulent que la distribution tienne compte de la flambée du prix des aliments

Dans un communiqué du 5 février, l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) appelle la grande…

Peste porcine africaine : La régionalisation des exportations de viande de porc vers la Chine bientôt actée.

La France et la Chine devrait rapidement signer un accord permettant aux régions françaises indemnes de peste porcine…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)