Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Contre les lésions aux pattes, gardez les caillebotis secs

Une étude de la Chambre d’agriculture dans cinq élevages démontre le risque élevé de boiteries quand les sols sont sales ou humides.

"Pour limiter les risques de boiterie, un sol sec et de bonne qualité résoud 80% des problèmes », affirmait Marie-Estelle Caille, ingénieur porcs à la Chambre d’agriculture de Bretagne, lors d’une réunion technique organisée à Guernevez le 11 octobre dernier. À la station expérimentale de la Chambde d'agriculture, des problèmes de pattes apparus sur les truies durant l’hiver 2010 ont été résolus en installant un système de chauffage et des box de repos. Une étude réalisée avec Cooperl Arc Atlantique dans cinq élevages dont les truies gestantes sont logées en groupe confirme que les boiteries sont plus fréquentes quand le sol est sale et humide. « La proportion de truies boiteuses variait de 2 % à 23 % d’un élevage à l’autre », indique Marie-Estelle Caille, tout en précisant que les boiteries étaient visibles dans tous les systèmes de logement.


En gestante, principalement des fissures du talon


Les lésions les plus fréquemment rencontrées en gestante étaient les fissures du talon. « Ces fissures régressent en maternité, mais les lésions de peau augmentent, à cause de contact avec des pièces métalliques blessantes. » Sur l’ensemble des cinq élevages, les observations ont démontré que 92 % des truies ont au moins une lésion des onglons ! « Heureusement, toutes ces lésions ne provoquent pas de boiteries, car seulement 12 % des truies boitaient en moyenne. » Plus surprenant, 31 % des cochettes observées présentaient des lésions sévères. « C’est un risque important pour la suite de leur carrière et pour leurs performances techniques si les conditions de logement ne sont pas bonnes », souligne Marie-Estelle Caille. Des solutions curatives peuvent être appliquées en élevage, comme le parage des onglons, ou l’apport de complexes minéraux et vitaminiques à base de cuivre, de zinc, de manganèse et de biotine. « Mais les mesures préventives, concernant essentiellement le logement, mais aussi la conduite, l’alimentation et la préparation des cochettes constituent le coeur du travail permettant d’éviter les boiteries des truies logées en groupe », conclut-elle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le microbiote intestinal des porcs examiné de près
Une série de publications a permis de mieux cerner le mode de fonctionnement du microbiote intestinal des porcs et les facteurs…
Vignette
La FPA se diffuse en Belgique au rythme de 1.6 km par semaine

La plateforme ESA de veille sanitaire internationale a publié le 31 janvier 2019 les résultats d’une étude dont l’objectif…

Vignette
De nouvelles exigences pour sécuriser les élevages
L’arrêté biosécurité en élevage publié le 16 octobre dernier donne deux ans aux éleveurs pour mettre en place des mesures de…
Vignette
Mycoplasma hyopneumoniae, un diagnostic à élargir
Le laboratoire Boehringer Ingelheim souligne que la seule prévention vaccinale ne suffit pas pour combattre le Mycoplasma…
Vignette
Des solutions simples pour protéger son élevage
Dans son nouvel engraissement, Frédéric Baudet, éleveur à Maroué, dans les Côtes-d’Armor, va appliquer les mesures de biosécurité…
Vignette
Un frigo à surveiller de près

Pour garder leur efficacité, les vaccins doivent être conservés au réfrigérateur entre 2 et 8°C. Mais leur température est peu…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)