Aller au contenu principal

Calculer l’impact financier des troubles de la reproduction

Un simulateur permet de calculer l’évolution de la marge sur coût alimentaire en relation avec la variation de performances techniques de reproduction. En accès libre sur le web, cet indicateur économique a été développé par l’Ifip en collaboration avec Merial.

Les données observées n'ont jamais à ce jour été calculées avec cette précision.
Les données observées n'ont jamais à ce jour été calculées avec cette précision.
© C. Gérard

C’est le premier outil qui chiffre les conséquences des troubles de la reproduction sur la marge par truie pour un élevage donné, au vu de ses performances, et dans un contexte de prix variables. Il a été développé par l’Ifip avec l’appui de Merial, sur la base des données techniques et économiques des GTE et GTTT, bien entendu dans le contexte français. Isabelle Corrégé, vétérinaire à l’Ifip, l’a présenté au cours des dernières journées de l’AFMVP devant un auditoire convaincu par l’utilité de cet outil. Il permet en effet de discuter avec l’éleveur de retours sur investissements de la mise en place de mesures correctives, proposer des mesures adaptées et/ou informer l’éleveur sur les risques potentiels de troubles liés à la conduite.

Des données édifiantes jamais à ce jour calculées avec cette précision


On découvre ainsi que la perte d’une truie pleine en fin de gestation coûte près de 1000 euros, qu’une truie vide à l’échographie et remise ensuite à la reproduction coûte plus de 600 euros… (année 2012, aliment à 275 euros par tonne et prix perçu par l’éleveur de 1,614 euro par kilo de carcasse). Des données édifiantes car jamais à ce jour calculées avec cette précision.

Les écarts sont calculés par rapport à un objectif ou une référence nationale. Ils sont exprimés en marge par truie et par an lorsque seule la productivité est affectée, ou bien en différentiel de marge à l’échelle de l’élevage lorsque les troubles de la reproduction impactent le nombre de truie ou la démographie du troupeau.

« Notre modèle de calcul ne se veut pas exhaustif, puisque certains coûts ne sont pas pris en compte : temps de travail, charges en eau, impact des problèmes de reproduction sur les performances en engraissement liées à des surcharges… », prévient Isabelle Corrégé. « Mais ces calculs permettent toutefois de calculer le retour sur investissement d’une mesure envisagée et motiver les éleveurs à mettre en place des mesures préventives pour contrôler les pathologies, ou bien adapter la conduite d’élevage et la conception des bâtiments pour optimiser les résultats. »

Une faible fertilité en première portée coûte 28 000 € par an

 

Dans cet exemple, il s’agit d’un élevage naisseur-engraisseur de 400 truies connaissant des retours en chaleur des cochettes anormalement élevés, avec 80 % de cochettes pleines en première saillie. Ce qui conduit à un taux de réforme élevé des cochettes et un nombre trop élevé de truies âgées. Par rapport à la référence nationale, l’impact est de 104 porcelets de moins sevrés chaque année, des charges de renouvellement augmentées ainsi que des charges alimentaires sur cochettes plus élevées. L’ensemble conduit à une perte de marge annuelle de 28 000 euros pour cet élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)