Aller au contenu principal
Font Size

Baisser encore la protéine de l'aliment porc, c’est possible !

Essais en engraissement à Crecom. La diminution du taux de matières azotées totales des formules croissance et finition permet d’aboutir aux mêmes performances et réduire les rejets, sous réserve de respecter les apports d’acides aminés recommandés.

Il est possible de distribuer aux porcs en engraissement un aliment à bas taux protéique, équilibré en acides aminés, tout en conservant d’excellentes performances de croissance, d’indice et de classement.
Il est possible de distribuer aux porcs en engraissement un aliment à bas taux protéique, équilibré en acides aminés, tout en conservant d’excellentes performances de croissance, d’indice et de classement.
© D. Poilvet

La chambre régionale d’agriculture de Bretagne et le fournisseur d’acides aminés Ajinomoto viennent d’achever deux essais à la station porcine de Crecom. Ils confirment qu’il est possible de distribuer aux porcs en engraissement un aliment à bas taux protéique, équilibré en acides aminés, tout en conservant d’excellentes performances de croissance, d’indice et de classement. Avec à la clé des économies sur la consommation de protéines, sur les rejets azotés (15 à 23 %) et une amélioration de la marge sur coût alimentaire. Hervé Roy, ingénieur à la chambre d’agriculture de Bretagne, détaille les deux essais.

Le premier a consisté à comparer des aliments croissance et finition contenant respectivement 14,5 % et 13,5 % de matières azotées totales (MAT) avec un témoin « classique », bien que déjà moins riche en MAT que les maxi Corpen (15,5 % et 14,5 % respectivement). Dans cet essai, les animaux étaient alimentés selon un plan relativement sévère : 45 g/kg de poids vif à l’entrée en engraissement, une progression de + 25 g/j et un plafond à 2,5 kg/j. Résultat : des performances tout à fait identiques entre les deux lots (voir tableau), une consommation de lysine identique, mais une réduction de la consommation de protéines de 9 %, et des rejets azotés de 15 %.

L’essai qui a suivi a globalement repris le même protocole, « mais dans des conditions plus proches du terrain », résume Hervé Roy : 40 g/kg d’aliment à l’entrée en engraissement et une progression de 32 g/j. De plus, deux lots de porcs ont été constitués avec l’aliment « bas en MAT », l’un rationné à 2,5 kg, l’autre à volonté. Comme dans l’essai précédent, avec un même plan d’alimentation, les aliments témoins et « bas taux de MAT » conduisent à des performances tout à fait identiques. Et sans surprise, les porcs nourris à volonté ont obtenu des croissances très supérieures à ceux qui étaient rationnés : 974 g/j contre 892 g/j. Leur consommation de MAT et de lysine est évidemment supérieure à celles des porcs rationnés recevant le même aliment, mais les rejets azotés restent inférieurs à ceux du lot témoin.

Hervé Roy a en outre calculé l’impact économique d’une réduction de la MAT dans ces conditions (respect des équilibres en acides aminés et recours aux AA de synthèse) avec des conjonctures de prix du porc allant de 1,10 €/kg à 1,60 €/kg (prix cadran). Dans tous les cas, la marge sur coût alimentaire est améliorée avec l’aliment « bas taux de MAT » rationné, de 3 % à 5 %. Il conclut donc que « la réduction du taux de MAT des aliments croissance et finition, sous réserve de respecter les apports minimaux en différents acides aminés est possible, sans que les performances ne soient altérées ». Il encourage donc les professionnels à aller dans ce sens afin de diminuer notre consommation protéique et les rejets azotés, et regrette que, trop souvent, « il y ait une surenchère sur la valeur en MAT figurant sur l’étiquette qui, comme le confirment encore ces deux essais, n’a que peu d’importance, l’essentiel étant de satisfaire les besoins en acides aminés totaux et digestibles ». Mais ces valeurs, elles, ne figurent pas sur l’étiquette !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)