Aller au contenu principal

Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles

Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de service.

La réglementation sur le bien-être animal impose un éclairage d’une intensité au moins égale à 40 lux pendant un minimum de huit heures par jour. Dans certaines configurations de bâtiments, cet éclairage ne peut pas être entièrement assuré par les fenêtres. Des solutions alternatives existent, avec notamment les puits de lumière qui captent la luminosité du jour sur la toiture du bâtiment, pour la transférer par un conduit réfléchissant jusqu’à un diffuseur situé au plafond des salles. Ces installations peuvent restituer une intensité d’une centaine de lux à deux mètres sous le diffuseur, même par temps nuageux. C’est la solution qu’ont choisi Thierry et Véronique Lebert, installés à Flée dans la Sarthe, pour éclairer naturellement les salles de post-sevrage et d’engraissement de leur nouveau bâtiment. Leur choix s’était porté sur des salles de 30 mètres de profondeur permettant de loger chacune 576 porcelets, soit l’équivalent d’une bande. Les fenêtres situées à l’extrémité des salles ne suffisaient pas pour éclairer toutes les cases. « Nous avons donc fait installer huit puits de lumière dans chaque salle d’engraissement, et deux dans les post-sevrages, afin d’apporter l’éclairage manquant, explique Thierry Lebert. Peu encombrants, ils ne perturbent pas le flux d’air dans le comble du bâtiment. L’ensemble étant fermé, il n’y a pas d’encrassement ni de condensation, contrairement aux tôles translucides en toiture associées à des fenêtres au plafond. »

Meilleures conditions de travail

Pour l’éleveur, la lumière est une composante importante de la performance des animaux. « Il faut en tenir compte, au même titre que le nombre de porcs par case ou l’accès à l’auge. » Il souligne également qu’un éclairage adapté favorise un environnement de travail plus sûr et plus confortable, ce qui permet d’améliorer les conditions de travail des éleveurs et réduit les risques d’accidents. Il est recommandé une intensité minimale de 100 lux dans les couloirs des bâtiments, une intensité de 200 lux pour la surveillance des animaux et entre 300 et 400 lux pour tout travail de précision. Ces puits de lumière sont commercialisés par la société Rose Charpente. Le prix unitaire d’un puits de lumière varie entre 1 500 et 2 500 euros selon sa longueur.

Transférer la lumière du jour dans les salles

Le puits de lumière se compose d’un dôme en verre organique situé sur la toiture. Ce dôme capte la lumière du soleil. Les parois du conduit sont constituées de feuilles d’argent qui jouent le rôle de miroirs réfléchissants. Ils transfèrent la lumière vers un diffuseur situé au plafond de la salle. Le fait que la lumière soit concentrée permet d’obtenir, en sortie du conduit, une lumière intense comme en plein jour, ce qui permet de faire des économies d’énergie.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral
Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Le bâtiment d'engraissement réalisé à l'EARL de la Cour offre une surface par porc augmentée, du caillebotis partiel, des enrichissements, une hauteur sous plafond de 3 mètres et de la lumière naturelle.
Bâtiment bien-être en porcs charcutiers : premiers retours d'expérience de l'EARL de la Cour
Les associés de l’EARL de la Cour ont fait le pari de concilier bien-être animal avec performances technico-économiques et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)