Aller au contenu principal

"Adrien Delattre veut anticiper la demande sociétale"

Éleveur à Quaëdypre dans le Nord, Adrien Delattre a intégré un bandeau lumineux dans son nouvel engraissement équipé d’une ventilation grand volume.

Adrien Delattre (à droite), avec Bruno robert (Tuffigo-Rapidex) "Le bandeau lumineux apporte du confort aux animaux mais aussi à ceux qui travaillent dans le bâtiment" © B. Plesse
Adrien Delattre (à droite), avec Bruno robert (Tuffigo-Rapidex) "Le bandeau lumineux apporte du confort aux animaux mais aussi à ceux qui travaillent dans le bâtiment"
© B. Plesse

Dans son projet d’installation, le jeune éleveur souhaitait développer la production de porcs à l’engrais, en intégration avec la firme belge Vanden Avenne. Étant totalement libre sur ses choix de conception et d’aménagement, l’éleveur demanda néanmoins conseil auprès de son intégrateur qui lui en préconisa un seul : " Anticiper la demande sociétale ! " Adrien Delattre décida donc de prendre exemple sur les bâtiments d’élevage néerlandais situés non loin de l’entreprise. Deux axes de construction furent ainsi déterminés : premièrement, la centralisation haute de l’extraction de l’air afin de pouvoir le laver si cela devient nécessaire. Deuxièmement, l’intégration, dans les murs d’élévation, de 3 % surface laissant passer la lumière naturelle dans un objectif de bien-être des animaux et des personnes.

Concilier le bandeau lumineux et les trappes d’entrée d’air

Désireux de rester sur le même principe de ventilation que son ancien bâtiment, l’éleveur souhaitait du grand volume avec des trappes d’entrée d’air latérales. La difficulté était donc de combiner ces trappes avec le bandeau lumineux sans perturber le flux d’air entrant, qui doit remonter le long du mur, puis du rampant, afin de bien se mélanger avec l’air chaud de la salle. De plus, un écart de 30 centimètres minimum entre le haut de la trappe d’entrée d’air et le bas du bandeau doit être obligatoirement observé afin de garantir la robustesse du panneau béton d’élévation de trois mètres de haut (20 cm d’épaisseur). "Ces contraintes physiques nous ont obligés à revoir la trappe de ventilation", commente Bruno Robert, technico-commercial Tuffigo-Rapidex qui a fourni le système de ventilation. "Son éloignement du plafond ne garantissait pas la bonne circulation du flux. Nous avions la même problématique en volaille."

Ainsi, le bandeau lumineux est disposé à 2,50 mètres du sol. La partie haute de la trappe est, elle, située 30 centimètres plus bas. Pour garantir la bonne orientation du flux, cette dernière dispose d’un nouveau déflecteur spécialement conçu pour répondre à ce genre de contrainte. Résultat : la vitesse d’air et son orientation paraissent parfaitement maîtrisées. Le sol sec, l’air non chargé et le bon état des animaux semblent l’attester. Un constat confirmé par Adrien Delattre, qui stipule en plus qu’il a peu de cannibalisme et ce, malgré le surcroît de lumière naturelle. " C’était l’une des objections de certaines personnes vis-à-vis de mon projet. Mais finalement, elle s’avère jusqu’à présent non-fondée. Le bandeau lumineux apporte du confort aux animaux mais aussi à ceux qui travaillent dans le bâtiment. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)