Aller au contenu principal

Le dossier du mois de février
Adapter la conduite à la conjoncture

Jamais la conjoncture porcine n’a évolué aussi rapidement que ces derniers mois. Les éleveurs sont donc une fois de plus dans l’obligation d’adapter leur conduite d’élevage au nouveau contexte, en particulier en engraissement.

Avec la nouvelle grille de paiement et le prix de l'aliment, c'est tout le raisonnement qui prévalait jusqu'ici qui est remis en cause
Avec la nouvelle grille de paiement et le prix de l'aliment, c'est tout le raisonnement qui prévalait jusqu'ici qui est remis en cause
© dp

Nouvelle grille de paiement, cours bas… La conjoncture a radicalement changé au cours de ces derniers mois. Le prix de l’aliment va rester durablement élevé. L’éleveur n’a donc plus d’autres choix que d’optimiser ses performances techniques pour améliorer le coût alimentaire.D’où parfois la nécessité de revoir la conduite en engraissement en profondeur. Car les marges de manoeuvre existent. Hervé Pellois, technicien porc à la chambre d’agriculture, l’a bien démontré au cours de la journée de Loudéac du 28 novembre dernier. Entre les 10 % moins bonnes GTE et les 10 % meilleures, les écarts de performances en engraissement engendrent un différentiel de coût de production de 20 centimes de coût de revient par kilo de carcasse! Frédéric Paboeuf a, quant à lui, chiffré à 34000 euros par an le gain que procurent les mesures sanitaires drastiques qu’il a mises en place à la nouvelle station de Crécom, en comparaison avec un élevage moyen breton de même taille. Des mesures qui servent d’exemple,mais que peu d’éleveurs sont à même de mettre en place, ne serait-ce qu’à cause de l’historique de l’élevage ou de sa situation géographique. En revanche, tous peuvent agir sur le poids de vente, qui joue un rôle décisif sur la marge dégagée par porc. Avec la nouvelle grille de paiement, c’est tout le raisonnement qui prévalait jusqu’ici qui est remis en cause. Hervé Pelleau, technicien Prestor, souligne qu’en période de cours bas, il ne faut pas chercher à produire des porcs en dehors du coeur de gamme. Sortie de cette catégorie de poids, la moinsvalue de deux centimes par kilo ne peut pas être compensée par l’écrasement des charges lié à la production de kilos supplémentaires. Pigalys et Primex vont même jusqu’à cerner par tranches de trois kilos le poids de vente optimum, en apportant des solutions au cas par cas grâce à des outils informatiques qui prennent en compte les caractéristiques propres à chaque élevage. Évidemment, les nutritionnistes ont aussi leur mot à dire. Michel Bello, Arca, calcule au travers de logiciels de simulation économique les effets positifs de l’alimentation libérale pendant la phase de croissance. En période de finition, le rationnement restrictif améliore l’IC et le TMP, surtout pour les mâles castrés. Il met aussi en avant l’intérêt de raisonner différemment le poids de vente des mâles et des femelles, toujours dans une optique d’optimisation de ces deux critères techniques. Les préoccupations des éleveurs du Sud-Ouest sont les mêmes, puisqu’ils subissent également le triple effet « nouvelle grille-aliment cher-cours bas ». Avec cependant des nuances, soulignées par Daniel Ferreira d’Alitec. La prédominance de la Faf et des conditions d’élevage sensiblement différentes du Grand Ouest leurs apportent peut-être plus de solutions pour contrer les effets de cette crise.

Liens vers les sites des partenaires qui ont participé au dossier

Prestor (www.prestor.com)

Pigalys (www.pigalys.com)

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)