Aller au contenu principal

Une analyse du Cerfrance Côtes-d’Armor
2017, une année exceptionnelle pour les trésoreries

Les bons résultats financiers des élevages de porcs en 2017 sont la résultante de trois leviers qui ont agi simultanément : des cours corrects, un prix d’aliment stable et des performances techniques à la hausse.

Georges Douguet, économiste au Cerfrance Côtes-d’Armor. « La progression des résultats techniques démultiplie la rentabilité des élevages en période de cours élevés. »

Les premières synthèses de Cerfrance Côtes-d’Armor laissent apparaître des bilans financiers excellents pour l’année 2017. En moyenne sur l’année, la marge brute s’établit à près de 1 300 euros par truie, en hausse de 200 euros par rapport à 2016 et de plus de 400 euros par rapport à 2015. « Ces bons résultats sont la combinaison de trois facteurs qui, sans être exceptionnels, se sont complétés », analyse Georges Douguet, économiste, responsable du service études. Le prix moyen payé aux éleveurs a été de 1,538 €/kg sur l’année, en hausse de + 6,6 % par rapport à l’année précédente. Un niveau très bon, mais pas exceptionnel. « Nous n’avons pas atteint les sommets espérés, les prix sont restés en dessous des prévisions du début de l’année », rappelle-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)