Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

12.6 sevrés par portée en bio

Au Gaec des Jonquilles à Limalonges dans les Deux-Sèvres, la combinaison d’un bâtiment performant et d’une éleveuse passionnée permet d’obtenir des performances techniques dignes d’un élevage conventionnel de haut niveau.

Lise Bailly, Gaec des Jonquilles. « En bio, il est impératif d’avoir des truies maternelles pour limiter les pertes en cours de lactation. »
© D. Poilvet

C’est dans un bâtiment neuf, à l’abri des intempéries mais aux normes bio, que Lise Bailly élève ses 50 truies en production biologique. Un bâtiment qui permet des performances de haut niveau : depuis le peuplement de l’élevage en 2016 et sur les cinq premières bandes passées en maternité (4 bandes de cochettes et une bande de secondes portées), les truies ont sevré 12.66 porcelets par portée. Une performance nettement supérieure à la moyenne des élevages conventionnels, ceci malgré les contraintes techniques imposées par le cahier des charges bio. « Les truies sont bloquées dans leurs cases de l’entrée en maternité jusqu’à 10 jours après la mise-bas », explique Lise. À la mise-bas, elle ne dispose ni d’hormones ni d’antibiotiques (les truies ont droit à 3 traitements allopathiques par an, les porcelets à un seul jusqu’à l’abattage). Les truies sont vaccinées contre la parvovirose, le rouget, et les diarrhées colibacilaires des porcelets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)