Aller au contenu principal

Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028

Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines végétales.

Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
© Gabriel Omnès

Soutien à la recherche et développement, accompagnement des investissements matériels chez les producteurs de grandes cultures et les éleveurs, structuration des filières de protéines végétales… Le plan protéine dévoilé par le gouvernement fin 2021 ne manque pas d’ambitions. Doté d’un budget de 100 millions d’euros, il répond aux enjeux de souveraineté exacerbés depuis le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie.

Cette guerre a démontré que la dépendance vis-à-vis des pays tiers peut coûter très cher à la France et à ses éleveurs. C’est aussi un défi environnemental, afin de réduire notamment les importations de soja responsable de la déforestation au Brésil et de favoriser la biodiversité des campagnes françaises.

400 000 hectares de légumineuses en plus

Plus précisément, le plan prévoit un accroissement de l’autonomie en protéines de la France (hors prairies) de 10 points.

 

 

 

Les surfaces d’oléagineux devraient atteindre, d’ici à 2028, 2,13 millions d’hectares. Les objectifs sont déjà quasiment atteints pour le colza et le tournesol (respectivement 1,34 et 0,69 millions d’hectares). Ce n’est pas le cas du soja, qui plafonne (160 000 ha en 2021, pour un objectif de 300 000 ha dans 6 ans).

 

 

 

Les surfaces en légumineuses (pois et féveroles essentiellement) devraient progresser de 40 % (+ 400 000 hectares). L’ambition est d’augmenter les tonnages d’oléagineux de 1,4 million de tonnes et de protéagineux de 0,8 million de tonnes. Les acteurs du monde des productions végétales jugent ce nouveau plan plutôt convaincant. Cependant, les échecs répétés des plans antérieurs peuvent laisser sceptique. Les progressions de tonnage envisagées seront loin de couvrir l’intégralité des importations de tourteau de soja (3 millions de tonnes en 2021). Difficile aussi de savoir si les céréaliers délaisseront facilement une partie de leurs surfaces consacrées aux céréales, dont les prix atteignent aujourd’hui des sommets, pour des productions plus délicates à maîtriser, aux rendements parfois aléatoires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« Les changements génétiques débutés en 2018 ont porté leurs fruits. Le nombre de sevrés par truie et par an est passé de 29,1 en 2018 à 32,8 en 2021. »
« Je veux renforcer l’autonomie de mon élevage de porcs»
Benoît Le Page s’est installé en mai 2020 au sein du Gaec familial, comprenant un élevage de 150 truies et 126 hectares de…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs

Selon les chiffres du Cerfrance Bretagne présentés lors de la dernière assemblée générale du Comité régional porcin (CRP…

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)