Aller au contenu principal

Deux méthodes pour castrer les porcelets sous anesthésie locale

La prise en charge de la douleur lors de la castration chirurgicale nécessite une utilisation combinée d’une anesthésie locale, et d’un anti-inflammatoire contre la douleur postopératoire.

L'anesthésie à la lidocaïne doit être faite au moins 5 minutes avant la castration.
L'anesthésie à la lidocaïne doit être faite au moins 5 minutes avant la castration.
© Ifip

Le ministère de l’Agriculture a publié le 19 novembre dernier l’arrêté et les instructions techniques concernant la castration des porcelets mâles sous anesthésie locale par les éleveurs. Pour la prise en charge de la douleur postopératoire (analgésie), deux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent être utilisés. Il s’agit du Méloxicam (0,4 ml/kg de poids vif) et du Kétoprofène (3 mg/kg de poids vif). Pour l’anesthésie locale, deux produits ont été homologués : un injectable (la lidocaïne) et une pommade (Tri-Solfen). À noter que l’anesthésie générale ne peut être pratiquée que sous le contrôle d’un vétérinaire.

La lidocaïne doit être injectée dans chaque testicule (0,5 ml par testicule) avec des aiguilles fines (9 x 0,8 ou 16 x 0,8). L’administration du produit doit se faire entre 5 et 30 minutes avant la castration. L’injection de l’AINS doit être faite en même temps. La notice technique éditée par l’Ifip préconise de réaliser les injections pour trois portées. Une fois que l’anesthésie a fait son effet, les porcelets peuvent être repris dans le même ordre pour faire les castrations. Ce produit ne dispose pas d’AMM pour le porc. Mais elle peut être prescrite par le vétérinaire dans le cadre de la castration.
Le Tri-Solfen est un gel composé de deux anesthésiques locaux (lidocaïne et bupivacaïne), d’un antiseptique (cétrimide) et d’un vasoconstricteur (adrénaline). Il doit être déposé autour du cordon spermatique de chaque testicule via une canule à bout rond après incision de la peau du scrotum et de l’enveloppe externe du testicule. La dose doit être comprise entre 0,5 et 1 ml par testicule, selon le poids du porcelet. Il faut compter 30 secondes entre l’application du produit et la castration pour que l’anesthésiant fasse son effet. Pour optimiser à la fois le temps passé par le ou les opérateurs, et le temps de diffusion du Tri-Solfen avant la castration, la notice technique conseille de travailler par lots de deux portées : commencer par isoler les porcelets mâles de la première portée dans une caisse et leur administrer l’AINS. Puis, pour chaque porcelet, réaliser les incisions des deux testicules, y injecter le Tri-Solfen, puis reposer le porcelet dans une seconde caisse. Pour respecter le temps d’attente de 30 secondes, répéter ces deux opérations pour les porcelets de la seconde portée, avant de procéder au retrait des testicules de la première portée. Une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) va être délivrée pour que le Tri-Solfen puisse être utilisé dès le 1er janvier 2022, le temps de valider son AMM.

La notice technique recense également des éléments complémentaires pour faciliter la castration ou réduire les réactions des porcelets lors de l’opération.

L’utilisation d’un dispositif spécifique de contention de type « appareil à castrer » qui permet à l’opérateur de travailler de façon plus précise, à la bonne hauteur et avec le dos droit. L’administration d’un sédatif (Azapérone) réduit fortement les réactions lors de la castration (vocalises, mouvements d’échappement). Elle nécessite cependant une surveillance après la castration pour éviter les écrasements de certains porcelets.
Une à deux gouttes de lidocaïne peuvent être déposées au niveau de la peau du scrotum pour insensibiliser la zone où se fait l’incision.
L’utilisation d’une lame chaude pour sectionner le cordon testiculaire permet une cautérisation immédiate
et réduit fortement les saignements.
Une solution de saccharose dilué à 30 % dans de l’eau administrée par voie orale permet d’atténuer la douleur lors de l’incision du scrotum dans le cadre d’une anesthésie au Tri-Solfen.
D.P.

Côté web

Retrouvez les deux notices techniques sur le site internet de l’Ifip

https://ifip.asso.fr/fr/centre-de-ressources-castraBEA

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« Les changements génétiques débutés en 2018 ont porté leurs fruits. Le nombre de sevrés par truie et par an est passé de 29,1 en 2018 à 32,8 en 2021. »
« Je veux renforcer l’autonomie de mon élevage de porcs»
Benoît Le Page s’est installé en mai 2020 au sein du Gaec familial, comprenant un élevage de 150 truies et 126 hectares de…
David Gaignard. « Les qualités maternelles des Axa limitent les tâches chronophages et facilitent la conduite en maternité. »
Comment sevrer 14,5 porcelets par portée en toute tranquillité
Multiplicateur Vénus pour Axiom, David Gaignard a vu la prolificité de ses truies augmenter sans faire appel à des doubles…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs

Selon les chiffres du Cerfrance Bretagne présentés lors de la dernière assemblée générale du Comité régional porcin (CRP…

Pierre Morfouace (2e en partant de la droite), et ses salariés : Noémie Studer, Angelina Cade (stagiaire), Jules Chatton et Niels Vieille (apprenti). « La prise en compte des attentes sociétales nous intéressent, affirme Jules Chatton. Travailler dans des bâtiments comme ici peut motiver des jeunes. »
Les bâtiments Physior offrent aux porcs du bien-être à tous les stades physiologiques
L’élevage alternatif Physior construit par Pierre Morfouace a été conçu pour tenir compte à la fois des besoins naturels des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)