Aller au contenu principal

Cooperl a bien résisté en 2021

Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète fortement pour ses adhérents éleveurs de porcs qui subissent des pertes de trésorerie.

Emmanuel Commault, directeur général et Patrice Drillet, président du groupe Cooperl lors du point presse organisé jeudi 23 juin à la veille de l'assemblée générale de la coopérative.
© A. Puybasset

En 2021, les quelque 2950 éleveurs adhérents du groupe Cooperl ont produit 5,6 millions de porcs, un volume stable par rapport à l’année précédente. La coopérative Lamballaise a réalisé un chiffre d’affaires qui s’est maintenu à 2,5 milliards d’euros, tandis que le résultat s’est établi à 19,5 millions d’euros, contre 49 millions en 2020. Un recul qui s’explique par la conjoncture et la baisse de valorisation des pièces de viande, en particulier sur le marché chinois (35% de son chiffre d’affaires étant réalisé à l’export). « Cette baisse se ressent sur notre capacité d’autofinancement qui reste malgré cela tout à fait correcte », a souligné Emmanuel Commault, son directeur général lors d’un point presse ce jeudi 23 juin, à la veille de l’assemblée générale.

Sa préoccupation majeure porte en revanche sur la situation financière des éleveurs de porcs, pris en tenaille entre l’augmentation vertigineuse du coût des matières premières et un prix du porc insuffisamment élevé pour couvrir les coûts de production. « L’urgence est de les sauver », a appuyé Patrice Drillet, président du conseil d'administration de Cooperl. « La perte de trésorerie cumulée sur douze mois à mai 2022 pour un élevage moyen de 250 truies (100% achat aliment) est d’environ 100 000 euros. 80% des éleveurs perdent de l’argent. Les prochains mois vont être déterminants. Il faudrait atteindre un prix du porc d’au moins 2 euros pour refaire les trésoreries. »   

Préparant l’avenir, le groupe Cooperl poursuit par ailleurs son objectif d’entreprise « responsable » à travers sa démarche RSE. C’est pour lui aussi un moyen d’amener de la compétitivité à ses adhérents, à l’exemple du Porc Bien-Être (82% des éleveurs font du mâle entier), du Porc sans antibiotique (44% des éleveurs) et plus récemment de la démarche Envi de cultures sans pesticides (770 hectares). Une prochaine étape est d’aller vers la certification HVE.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)