Aller au contenu principal

Comment éviter des mises bas trop longues

Les pratiques d’élevages et l’alimentation sont les deux principaux leviers pour réduire la durée de mise bas et le risque de mortinatalité.

L’objectif est de ne pas dépasser une durée de 5 heures de mise bas.
L’objectif est de ne pas dépasser une durée de 5 heures de mise bas.
© D. Poilvet

Une mise bas trop longue augmente le risque de mortalité durant la mise bas. Elle représente la première cause de mortinatalité. Quatre porcelets mort-nés sur cinq naissent en effet durant la deuxième moitié de la mise bas. Une mise bas qui s’éternise nuit également à la survie des nouveau-nés. « En attente dans le canal vaginal, le porcelet s’asphyxie », a souligné Adèle Drouet, chargée de projet R et D nutrition et bien-être animal chez Terrena lors de l’Escale Porcine organisée par le groupement Porvéo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« Les changements génétiques débutés en 2018 ont porté leurs fruits. Le nombre de sevrés par truie et par an est passé de 29,1 en 2018 à 32,8 en 2021. »
« Je veux renforcer l’autonomie de mon élevage de porcs»
Benoît Le Page s’est installé en mai 2020 au sein du Gaec familial, comprenant un élevage de 150 truies et 126 hectares de…
David Gaignard. « Les qualités maternelles des Axa limitent les tâches chronophages et facilitent la conduite en maternité. »
Comment sevrer 14,5 porcelets par portée en toute tranquillité
Multiplicateur Vénus pour Axiom, David Gaignard a vu la prolificité de ses truies augmenter sans faire appel à des doubles…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs
2021, année catastrophique pour les trésoreries des éleveurs de porcs

Selon les chiffres du Cerfrance Bretagne présentés lors de la dernière assemblée générale du Comité régional porcin (CRP…

Pierre Morfouace (2e en partant de la droite), et ses salariés : Noémie Studer, Angelina Cade (stagiaire), Jules Chatton et Niels Vieille (apprenti). « La prise en compte des attentes sociétales nous intéressent, affirme Jules Chatton. Travailler dans des bâtiments comme ici peut motiver des jeunes. »
Les bâtiments Physior offrent aux porcs du bien-être à tous les stades physiologiques
L’élevage alternatif Physior construit par Pierre Morfouace a été conçu pour tenir compte à la fois des besoins naturels des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)