Aller au contenu principal

Autonomie protéique
[VIDEO] Cap protéines - Des agneaux à l'herbe avec des croissances rapides

Patrice Guyard élève des brebis à Crux-la-Ville dans la Nièvre. Il a fait le choix de regrouper ses mises bas et de complémenter ses agneaux dès 15 jours pour les faire partir avant la sécheresse estivale. Un choix qui lui apporte un résultat économique intéressant et lui permet étonnamment d'acheter le moins possible.

L'objectif de Patrice Guyard, éleveur ovin/bovin à Crux-la-Ville dans la Nièvre est simple : "ce que je recherche, pour être autonome au maximum, c'est à faire une bonne utilisation de la pousse d'herbe du printemps en produisant une grosse proportion d’agneaux qui seront vendus avant la sécheresse estivale". Dans ce but, les agneaux sont complémentés de l'âge de 15 jours jusqu'à leur départ à l'abattoir, à volonté avec de l'aliment complet, "et c'est en faisant de cette façon qu’ils consomment le moins". Les agneaux sont abattus jeunes, à 4 mois en moyenne. L'autre intérêt pour l'éleveur est de commercialiser "des agneaux jeunes qui correspondent bien à ce que recherche la filière", notamment pour le label rouge tendre agneau.

A lire aussi : Plus de pâturage et moins de concentrés avec la mixité ovin-bovin

La clé de l'autonomie : bien entretenir ses prairies et adapter son chargement

Plus de 80% de la surface totale de l'exploitation sont des prairies permanentes. La recherche de l'autonomie protéique passe avant tout par une bonne maîtrise et une bonne gestion de l'herbe. Patrice Guyard soigne ses prairies, "il faut les entretenir comme il faut, faire du sursemis si on peut ou en renouveler quand elles se dégradent de façon à avoir une herbe riche et appétente", soutient-il.
"Patrice Guyard a adapté sa conduite et son chargement par rapport aux contraintes de l'exploitation, salue Christophe Rainon, conseiller ovin à la Chambre d'agriculture de la Nièvre, on est ici sur environ 1,1 / 1,2 UGB par hectare, ce qui est un chargement moyen pour la pour la région".

Sélectionner les brebis sur le lait pour avoir de beaux agneaux

La productivité s'en ressent : "on a une productivité globale sur le troupeau, y compris avec les agnelles, d'environ 1,4 agneaux produit par brebis, c'est vraiment excellent", se réjouit le conseiller. L'éleveur échographie ses femelles après la lutte pour éviter de nourrir des brebis vides. Par ailleurs, il sélectionne dans le but de ne conserver que des brebis productives. "J'ai toujours sélectionné sur le lait, affirme l'éleveur, parce que, si on veut être autonome, le premier aliment c’est le lait, c'est celui qui vous donne les plus beaux agneaux".

D'autres témoignages d'éleveurs du programme Cap protéines à retrouver ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Le marché de Réquista est le premier marché ovin de France. Les vendeurs sont pour la plupart aveyronnais, mais certains n'hésitent pas à parcourir une longue distance pour vendre leurs animaux.
Réquista, le marché aux ovins qui a su remonter la pente jusqu’au sommet
C’est en Aveyron que se situe le premier marché aux ovins de France, celui de la commune de Réquista. Après avoir connu une forte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre