Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière ovine
Une station de sélection de la race Hampshire en Auvergne

Une nouvelle station de contrôle individuel voit le jour en race Hampshire. Installée en Auvergne, elle permet de rapprocher les béliers des éleveurs utilisateurs.


Installés depuis fin juin 2002, une centaine de béliers race Hampshire sont testés pour la première fois à Celles sur Durolle dans le Puy de Dôme. Cette station de contrôle individuel de la race Hampshire était installée dans l´Eure. Cette nouvelle localisation rapproche les éleveurs utilisateurs des béliers dont ils ont besoin, notamment pour le croisement. Choix fort logique : sur les 5000 brebis répertoriées dans la base de sélection de la race Hampshire, 1300 appartiennent à 4 élevages auvergnats.


Croissance et gabarit
Cette station est située à 650 mètres d´altitude, elle permet d´accroître l´effort de sélection sur les aptitudes bouchères de la race par des notations sur cinq index : poids à âge type (160 jours), croissance, gras, développement musculaire, indice de sortie de station. Selon les références de leurs géniteurs et leurs propres résultats, les béliers sont ensuite classés en catégorie "Etoile" (fils d´Ambo) pour utilisation en insémination ou par les sélectionneurs, en catégorie RDM (Recommandés mixtes) pour les sélectionneurs ou les éleveurs de races rustiques ou en catégorie RDC (Recom-mandés croisement). Les animaux les moins bons sont éliminés.
Réputés pour leurs facultés de croissance et leur gabarit, les béliers de race Hampshire sont soumis à un régime qui leur permet d´obtenir à l´herbe un comportement facilitant la reproduction avec des brebis de race rustique. "Du pâturage, de la pulpe de betteraves et du son de céréales : il n´est pas question de les "booster", explique Eric Bodinat, secrétaire général de l´Upra Têtes Noires et sélectionneur en race Hampshire.
©D. R.

Légende - Race Hampshire
Bonne croissance, grand gabarit et de grandes facultés d´adaptation.

Un nouvel élevage
"Ces béliers doivent avoir une croissance naturelle et par la suite, être capables de suivre les brebis même en montagne pour les saillir. Cette adaptation à toutes les formes d´élevage, y compris aux troupeaux les plus rustiques, est une qualité que nous recherchons pour nos clients" souligne ce sélectionneur.
Cette station de sélection est située sur l´élevage de François Déchelette au lieu dit La Tarrerie à Celles sur Durolle. Installé en mai 2002, ce technicien en élevage bovin reprend la ferme de son père. Il porte la surface à 70 hectares et à ses 40 vaches charolaises, il ajoute l´élevage ovin de la Station de contrôle individuel Hampshire.
La sortie des béliers et leur vente seront effectuée pour cette première bande le 14 septembre 2002.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre