Aller au contenu principal

« Une solution dans certains cas »

Raphaël Farrugia, éleveur et enseignant dans le Jura, administrateur à la FNO © DR
Raphaël Farrugia, éleveur et enseignant dans le Jura, administrateur à la FNO
© DR

« Il y a huit ans, j’ai dû prendre un emploi à temps partiel car ma femme et moi n’arrivions pas à vivre de l’élevage. C’est un emploi d’enseignant qui me plaît beaucoup et est très enrichissant. Mais c’est très prenant et stressant d’être double actif. Ma femme faisait la vente directe loin de la bergerie et je n’étais jamais tranquille. Quand on est seul, c’est difficile de tout gérer. Il y a des pertes et c’est frustrant. En Gaec, c’est plus facile. Aujourd’hui, nous sommes trois associés avec 500 brebis et 35 vaches en vente directe. Je peux partir tranquille et finir plus tôt. La pluriactivité ne doit pas se faire par nécessité. À long terme, ce n’est pas gérable. Il faut aussi avoir une vie privée. Et je pense que l’élevage doit se suffire à lui-même. Cela peut être une solution pour un jeune qui s’installe progressivement et veut s’assurer un revenu, à condition qu’il ait quelqu’un sur place quand il s’absente. C’est aussi possible pour des personnes qui travaillent à plein-temps et élèvent 40 à 50 brebis à côté. Elles s’occupent en général très bien des brebis et vendent bien leurs agneaux. L’obligation de traçabilité tend toutefois à en décourager beaucoup. » Raphaël Farrugia, éleveur et enseignant dans le Jura, administrateur à la FNO

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre