Aller au contenu principal

Une méthode pour analyser les résultats de coproscopies

La coproscopie mesure le nombre d’oeufs mais pas toujours le niveau d’infestation réel des animaux.
La coproscopie mesure le nombre d’oeufs mais pas toujours le niveau d’infestation réel des animaux.
© Jackdelaplagne

Il n’existe pas de table d’analyse des résultats coprologiques mais différents points de vue des vétérinaires en fonction du type de prélèvement, de la technique d’analyse… Pierre Autef, vétérinaire praticien à Bellac (87), transmet son mode d’analyse pour chaque parasite dans la fiche technique analyser les résultats de coproscopies : l’exemple des arbres de décision de Pierre Autef, vétérinaire.

L’analyse des crottes est un outil qui se développe en élevages ovins mais dont il faut connaître les limites. Tout d’abord, cette méthode mesure le nombre d’oeufs présents dans les fèces pour chaque parasite. Elle quantifie ainsi un niveau d’excrétion à partir duquel il est parfois difficile d’extrapoler le niveau d’infestation. En effet, le stade physiologique de la brebis agit sur la ponte des parasites. Le stress de l’agnelage provoque par exemple une excrétion importante d’oeufs de parasites. Dans ces conditions, un niveau d’excrétion important ne signifie pas pour autant que les animaux soient fortement parasités. D’autre part, la méthode d’analyse influence le résultat obtenu pour chaque parasite. Enfin, le mode de réalisation des prélèvements revêt une grande importance sur la fiabilité des résultats.

La petite douve est un parasite assez redoutable que l’on retrouve de plus en plus en élevages. Sur les analyses, il est identifié sous le nom de Dicrocoelium Lanceolatum. Selon la méthode d’analyse utilisée par Pierre Autef et ses conseils de prélèvement, si aucun oeuf n’est identifié, il est inutile de traiter. Selon la saison, de nouveaux prélèvements de crottes peuvent par contre être particulièrement utiles quelques semaines plus tard. Si la moyenne du nombre d’oeufs est comprise entre 0 et 20 opg (oeufs par gramme de feces), le traitement reste à raisonner en fonction du stade physiologique des brebis, de leur état corporel, des autres parasites éventuellement présents. Si les brebis rentrent en bergerie pour mettre bas et y effectuer leur lactation par exemple, l’administration d’un anthelminthique adapté est conseillée afin de ne pas pénaliser les performances. Si cette moyenne est supérieure à 20 opg, un traitement s’impose rapidement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre