Aller au contenu principal

Elevage Molinier dans l'Aveyron
Un troupeau prioritaire par rapport aux cultures

Marie-Christine Molinier a externalisé tous les travaux du sol pour se focaliser sur sa troupe de 400 brebis. Ses bergeries sont astucieusement aménagées pour faciliter le travail.

" Dans une exploitation agricole, il ne faut pas essayer de tout faire et savoir déléguer certaines tâches à des spécialistes qui le feront vite et mieux que vous », affirme Marie-Christine Molinier, éleveuse à Bouillac dans l’Aveyron, avec un cheptel de 400 brebis de race Lacaune viande. Jusqu’à son installation en 2007, elle était attachée de direction et dirigeait une équipe de 40 personnes. Une ouverture sur le monde extérieur qu’elle a mise à profit lorsqu’elle a décidé de reprendre l’exploitation familiale.

L’organisation du travail et la gestion financière, elle connaît et en a fait la ligne de conduite de sa ferme. Le pilotage du cheptel est tout à fait particulier, lié aux débouchés. La grande majorité des agneaux est vendue à un boucher que Marie-Christine Molinier approvisionne tout au long de l’année à raison de huit à dix bêtes par semaine. Ce qui impose des mises bas étalées. La reproduction est réalisée en lutte naturelle en période de jours décroissants (juillet à décembre) et par insémination en jours croissants (4 lots de 50 brebis).

L’éleveuse apprécie la fluidité du travail, « faisable par une personne seule », que procure ce rythme de production. « Je me consacre exclusivement à la gestion du troupeau et je délègue la quasi totalité des travaux du sol à une entreprise ou une cuma, explique-t-elle. Le matériel était vieillissant. J’ai estimé qu’il était plus rentable de faire faire le travail plutôt que d’acheter du matériel utilisé seulement quelques heures par an. J’ai privilégié les investissements qui amélioraient le confort de travail dans les bâtiments. »

La suite de cet article dans Pâtre 613, avril 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre