Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Comptes de l'agriculture
Un revenu en recul en 2012 pour les éleveurs ovins et caprins

Le ministère de l'agriculture a rendu public le 12 décembre les comptes 2012 par type de production.

© lgeffroy

Selon une publication d'Agreste, les éleveurs ovins et caprins sont toujours les parents pauvres de l'agriculture. "La situation est difficile pour les éleveurs d'ovins. Leur revenu s'inscrit en recul en 2012 (15 300 euros) pénalisé par la baisse des volumes produits, une hausse des prix modérée et le poids des charges", peut-on lire dans le rapport du ministère rendu public le 12 décembre (voir pdf), sur les revenus prévisionnels des agriculteurs.
Les moutonniers (et les chevriers) ont les plus faibles revenus. En cumul sur trois années, la progression du résultat courant avant impôts (RCAI) des exploitations spécialisées en élevage ovin ralentit : + 6 % en 2012 après + 16 % en 2011. En 2012, le volume de la production ovine se rétracte de 7 % par rapport à l'année précédente. Poursuivant sa tendance baissière, malgré le rebond de 2011, elle décline de 10 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. L'offre sur le marché national est réduite. En effet, les abattages d'agneaux et d'ovins de réforme ont été moins nombreux et les importations ont diminué pour la troisième année consécutive.
La consommation de viande ovine continue à se réduire. Toutefois, les prix sont fermes en moyenne sur la campagne. Ils s'apprécient de 5 % par rapport à 2011 mais cette hausse ne suffit pas à compenser les pertes de volumes produits. Les prix des aliments composés pour ovins, poste prépondérant de l'alimentation animale augmentent de 5 %. De moindres achats tempèrent cette hausse. En conséquence, les charges d'approvisionnement progressent de 3 % en valeur. En légère augmentation par rapport au début des années 2000 (+ 1 % par an en moyenne depuis douze ans), le résultat courant avant impôts des éleveurs ovins demeure très faible : 15 300 euros par actif non salarié en 2012. Il est inférieur de 47 % au revenu moyen de l'ensemble des exploitations (moyennes et grandes).

Source : Agreste. Les caprins représentent 25 % et les ovins 75 % 

Réactions

Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture - « Ces résultats me confortent dans l'idée que la répartition des crédits de la PAC doit être rééquilibrée en faveur des filières d'élevage. Ils soulignent la nécessité de mettre en place des dispositifs de lissage de la volatilité des cours des matières premières »

FNSEA et Jeunes Agriculteurs  - "La hausse continue de l’ensemble des charges (énergie, engrais, alimentation animale…) est très préoccupante, en particulier pour le secteur de l’élevage qui se trouve aujourd’hui très fragilisé."

Serge Préveraud, FNO - "Malgré des efforts de relance, on s'aperçoit que la production ovine est fragile. Nous avons subit des problèmes sanitaires avec Schmallenberg, la sécheresse dans certaine régions, la hausse des coûts de production. Tant mieux si certaines productions ont de bons revenus, mais il faut qu'on améliore les nôtres"

EJMT0ADE_1.pdf (387.34 Ko)
Légende
comptes2012
© agreste
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre