Aller au contenu principal

Prédation
Un ours de moins et la situation s’enflamme

Alors qu’un ours braconné enflamme plus encore la situation dans les Pyrénées, le gouvernement fait un point d’étape et dessine l’avenir.

L'ours abattu illégalement le 9 juin dans les Pyrénées a mis le feu aux poudres dans la région.
© DR

Le clivage entre pro-ours et éleveurs s’est accentué depuis le 9 juin avec la découverte d’une dépouille d’ours tué par balle. Face au braconnage avéré d’une espèce protégée, l’association de défense de la nature Sea Shepherd, suivie par d’autres ONG, ont lancé un appel à la délation. La récompense pour retrouver le tireur s’élève désormais à 30 000 euros. Les professionnels de l’élevage s’indignent du recours à une telle pratique, quand bien même la mise à mort d’un ours est un délit passible de prison ferme. Dans un communiqué, la FNO a ainsi appelé le gouvernement à "réagir fermement à l’encontre de ces associations de protection de la nature, qui rappelons-le, grâce aux subventions publiques, utilisent l’argent du contribuable à des fins indignes alors que les éleveurs essaient eux de vivre dignement de leur métier." L’ONG américaine se défend en expliquant que la délation est un processus méprisable mais que la « dénonciation d’infraction » est un acte citoyen.

Le gouvernement annonce qu’il n’y aura pas d’autres réintroductions d’ours

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont annoncé une mise à jour à venir de la feuille de route « Pastoralisme et ours ». Celle-ci serait dévoilée début juillet lors de la prochaine réunion du groupe national ours. Cette nouvelle version promet une augmentation de 500 000 euros de l’enveloppe allouée à la protection des troupeaux. Cela se traduira par l’équipement des cabanes d’estive, l’embauche d’aide-berger, des analyses de vulnérabilité ou encore la mise en place des mesures expérimentales d’effarouchement. Une communication interministérielle annonce également qu’il n’y aurait pas de nouvelles réintroductions d’ours dans les Pyrénées. La population ursine actuelle compte 50 individus sur l’ensemble de la chaîne franco-espagnole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre