Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Congrès FNO
Un marché favorable pour rebondir et construire un projet économique

Le 64e congrès de la FNO s’est déroulé à La Pommeraye (Maine-et-Loire), les 27 et 28 avril. Le rééquilibrage des aides Pac et un marché favorable permettent à la filière de rebondir et de construire un projet économique fondé sur les prix, l’appui technique, et la formation. Seule ombre au tableau : les coûts de production.

“La pérennité de l’élevage ne pourra pas se faire sans une production compétitive”, a souligné Serge Préveraud, président de la Fédération nationale ovine (FNO), lors du congrès qui s’est déroulé dans les Pays de la Loire. La production ovine est redevenue rentable grâce au rééquilibrage des aides et à un bon niveau de prix. Les perspectives mondiales sont favorables, avec une demande croissante et une offre qui se réduit (la Nouvelle-Zélande et l’Australie réduisent leur cheptel). Mais la profession ne compte pas seulement sur les soutiens pour améliorer sa compétitivité et maintenir son potentiel de production, après des années de décapitalisation. “Ce qui donnera envie de produire de l’agneau, c’est le prix”, a résumé Serge Préveraud. La filière s’est engagée dans la contractualisation en préparant en 2011, deux accords interprofessionnels, qui ont reçu un accord favorable de l’autorité de la concurrence.

Jusqu’au distributeur

Le premier est signé, pour un an. Le second, un accord de second niveau, pourrait être conclu en juin, pour trois ans. Il engage toute la filière, depuis les producteurs, le secteur de l’abattage-transformation et la distribution, grandes surfaces et boucheries. L’interprofession travaille à l’élaboration d’indicateurs de référence, étudiés par l’Institut de l’élevage. “Nous avons pris le dossier de la contractualisation à bras le corps non seulement par ce que la LMA (Loi de modernisation agricole) l’imposait, mais aussi par intérêt de toute la filière, l’aval étant très demandeur”, a expliqué Emmanuel Coste, président d’Interbev ovins, lors d’une table ronde. Dans un message vidéo, le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, qui n’était pas présent au congrès, a salué le travail entrepris : “Vous avez saisi l’intérêt des contrats de filière, jusqu’au distributeur, pour stabiliser le revenu”. Reste maintenant aux acteurs de terrains à s’approprier cet outil, “afin qu’il ait un sens”, a insisté Serge Préveraud.

La question des aides après 2013 a été aussi largement abordée. Les producteurs de moutons espèrent que le rééquilibrage des aides va être pérennisé. Dans un contexte de verdissement de la Pac, le secteur ovins possède un atout important, sa contribution à la production de biens publics environnementaux. La production favorise la biodiversité et les prairies participent au stockage du carbone. La production ovine, et la viande d’agneau bénéficient aussi d’une image positive auprès du grand public.






Retrouvez Pâtre sur Facebook


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre