Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un guide pour les bonnes pratiques ovines

Paquet Hygiène, conditionnalité des aides PAC et nécessité de communiquer sur les bonnes pratiques, ont amené la profession à élaborer un guide.

Le guide des bonnes pratiques ovines (GPBO) est un nouvel outil mis au point par la profession pour les éleveurs. L’objectif est de les aider sur leurs pratiques concernant l’hygiène et le sanitaire, de les accompagner dans le respect de la réglementation et de leur permettre d’être mieux préparés en cas de contrôle. Son élaboration s’est faite dans la cadre de l’action reconquête ovine, dans une démarche partenariale, en concertation avec les filières et les régions.

Pour qui ?

Ce guide est destiné à tous les éleveurs ovins, producteurs de viande et/ou de lait. En complément, les producteurs laitiers fermiers disposent d’un autre guide spécifique sur les bonnes pratiques d’hygiène pour la fabrication de produits laitiers et fromages fermiers.

Sur quoi ?

Ce guide présente les bonnes pratiques d’élevage permettant d’assurer la sécurité sanitaire et la traçabilité de la viande et du lait de la filière ovine, de respecter l’environnement, et d’améliorer les performances zootechniques en production ovine en veillant notamment à maintenir le troupeau dans un bon état sanitaire.

Quelles bonnes pratiques ?

 Les bonnes pratiques développées dans ce guide recouvrent des domaines variés, comme l’identification, la gestion des mouvements des ovins vivants (notification des mouvements, transport des animaux), la santé du troupeau (préservation de la santé du troupeau, traçabilité des interventions sanitaires, gestion des avortements, formalités sanitaires et pharmacie de l’élevage), l’alimentation et l’abreuvement (production d’aliments sains, maintien de la qualité des aliments au stockage, distribution des aliments et abreuvement des animaux), la traite des brebis, la conception et l’entretien de la bergerie, la préservation de l’environnement de l’exploitation (gestion des engrais de ferme et de l’épandage). Chacun de ces thèmes fait l’objet d’une ou plusieurs fiches techniques, où sont spécifiées les bonnes pratiques à adopter avec des conseils et astuces pour mettre en place ces recommandations.

Et vous, où en êtes-vous ?

Chaque fiche se termine par une auto-évaluation de la situation de l’élevage afin de repérer facilement les points à améliorer. Enfin, chaque document de preuve à conserver est clairement identifié et décrit avec des informations pratiques telles que la durée de conservation, les informations à enregistrer, les personnes ressources…

Ce guide sera diffusé courant 2011 par les techniciens.

Téléchargeable sur www.reconquete-ovine.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre