Aller au contenu principal

Un chien de troupeau bien nourri au chenil

Au chenil quand il ne travaille pas, le chien de troupeau reçoit soins et nourriture de son maître.

Le chien perçoit son chenil non comme une punition mais plutôt comme un refuge.
Le chien perçoit son chenil non comme une punition mais plutôt comme un refuge.
© B. Ducreux

Un chien de conduite ne vit pas en liberté ! Pour devenir et rester un compagnon de travail fiable, obéissant et efficace, il doit être dépendant de son maître. Il est donc indispensable de lui prévoir un endroit à lui, le chenil, où il sera au calme et en sécurité lorsque vous ne pouvez pas vous occuper de lui. Il sera ainsi content de retrouver son maître, plus réceptif et apprendra plus vite à travailler. Si vous le laissez en liberté, il va courir derrière tout ce qui bouge et se fatiguer physiquement et psychiquement. Même si votre chien a toujours été en liberté, il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Pour qu’il s’y sente bien et s’y repose, il doit être situé dans un endroit calme et éloigné du troupeau.

Le chien de conduite est un chien de travail qui dépense beaucoup d’énergie. Il est donc indispensable de lui apporter une nourriture adaptée à son activité. Il existe d’excellentes croquettes qui répondront aux besoins du chien tout au long de sa vie. La distribution de la nourriture doit toujours être faite par le maître puisqu’elle participe à la mise en place de la hiérarchie entre lui et son chien. Pour un chien adulte, elle a lieu une fois par jour, le soir pour permettre la digestion la nuit, toujours au même endroit et de préférence dans le chenil où le chien pourra manger au calme. Garder son chien en bonne santé et plein de vitalité est également essentiel pour garantir toute son efficacité au travail et prévenir la transmission de certains parasites ou maladies aux humains. Les parasites internes (ascaris, ténia) et externes (tiques, puces, poux) sont nombreux et il est indispensable de déparasiter régulièrement le chien. Il peut aussi être contaminé par des maladies infectieuses et certains vaccins sont vivement recommandés, même s’ils ne sont pas obligatoires. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Le site http://chiens-de-troupeau.idele.fr répond à toutes vos questions pour acquérir et dresser un chien de troupeau. Il donne aussi des conseils pour construire son chenil, pour lire l’étiquette des sacs de croquettes et pour lutter contre les parasites et les maladies infectieuses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre