Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un carrefour mondial de la sélection génétique des petits ruminants en 2015

Une rencontre de la recherche et du développement se tiendra les 8 et 9 avril prochains à Saint-Affrique en Aveyron.

© Cioc

L’ambition du Carrefour international ovin caprin n’est pas mince : créer un réseau international de chercheurs et spécialistes de la sélection génétique des petits ruminants. Cette rencontre d’éleveurs, de techniciens des organismes de sélection, de chercheurs, d’enseignants et de responsables professionnels se déroulera les 8 et 9 avril prochains à Saint-Affrique en Aveyron. Elle est organisée conjointement par l’Upra Lacaune, le Coram (Collectif des races locales des massifs) et le lycée agricole La Cazotte à Saint-Affrique. La filière caprine y est associée avec la participation de Capgenes, l’organisme et entreprise de sélection caprine.

« La pérennité d’un maximum de races de petits ruminants, leur maintien sur leur territoire d’origine et leur développement passe nécessairement par une progression des résultats technico-économiques des élevages, donc en partie par le progrès génétique » explique Éric Barraud qui appuie à l'organisation de l'évenement. Pour développer cette sélection génétique, l’échelle internationale semble la plus opportune. « Nous avons pris l’habitude de travailler avec l’Inra ou l’Institut de l’élevage, explique Jean-Luc Chauvel du Coram. En créant un réseau mondial, nous pourrons élargir notre connaissance et partager nos savoirs. Car désormais, les coûts d’investissement dans la génétique doivent s’envisager de façon plus globale ».

Ce rendez-vous de deux jours sur la sélection génétique remplace en partie le festival de la brebis qui était organisé tous les quatre ans au lycée agricole de Saint-Affrique. Le Carrefour est appeléà se renouveler tous les deux ans. Peut-être en même temps que le salon Capr'inov qui se tient à Niort en fin du mois de novembre des années paires ? En attendant, environ 400 personnes sont attendues à Saint-Affrique pour découvrir les programmes d’amélioration génétique dans le monde. De nombreuses visites thématiques sont prévues autour de Saint-Affrique pour approfondir la sélection animale, les races et les innovations des filières ovines et caprines, tant en élevage allaitant que laitier. Une traduction en anglais sera assurée pour le public international. Les tarifs sont moins élevés (120 au lieu de 140 euros) pour les inscriptions avant le 31 décembre 2014.

Plus d'informations sur www.cioc.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre