Aller au contenu principal

Un bâtiment agrandi et fonctionnel

Ludovic Rambaud a prolongé sa bergerie d’un bâtiment dédié aux agnelages. Grâce à une surveillance régulière du troupeau, il limite la mortalité et affiche un taux de productivité de 1,8.

À voir la cour bien rangée de Ludovic Rambaud, on se doute de l’attention portée à son élevage. À Vendranges dans la Loire, cet éleveur de 38 ans prend soin de ses 650 brebis réparties entre 430 Rava en sélection, 170 croisées Rava-Suffolk et 50 croisées Rava-Berrichon. « Le croisement Rava-Suffolk donne des animaux rustiques et résistants pour passer l’hiver dans nos terres froides et argileuses, explique Ludovic Rambaud. Dernièrement, j’ai essayé des croisés Rava – Berrichon, cela fait des brebis maternelles mais parfois trop sauvages ».

Pour loger toute cette troupe, le bâtiment principal de 540 m² de 2002, le tunnel de 200 m² et les 100 m² d’un bâtiment ancien ont été complétés en 2014 d’un bâtiment pour l’agnelage de 420 m². Ce nouveau bâtiment peut accueillir 200 brebis et leurs agneaux sur 330 m² d’aire paillée. Deux couloirs d’environ un mètre de large traversent les aires paillées et séparent en trois lots de 50 brebis. Les couloirs servent à la surveillance et à la distribution des concentrés. Pour l’alimentation fourragère, les râteliers à balles rondes sont placés directement dans l’aire paillée. Pour l’affouragement et le paillage, Ludovic se fait aider de ses trois chiens. « Quand je paille ou j’affourage, j’ouvre le portail en grand, je passe au milieu des animaux avec le tracteur et ce sont les chiens qui se chargent de les maintenir dans la bergerie ». Des cases d’agnelages, un coin louve et un local technique viennent compléter la nouvelle bergerie.

Un bâtiment largement autoconstruit qui garde une bonne ambiance

« Au début, je voulais faire un tunnel rehaussé sur maçonnerie, mais finalement le coût n’est pas si éloigné d’un bâtiment en bois ». Au final, le bâtiment est revenu à 49 000 euros mais la fondation, les murs, le bardage, les fenêtres, le portail, l’aménagement intérieur ont été réalisés par l’éleveur pendant deux étés et un automne (720 heures de travail estimées). « J’ai tout fait moi-même sauf la charpente » résume l’éleveur. Au-dessus d’un mur en parpaing de deux mètres de haut, des translucides ouvrants apportent lumière et ventilation. Le toit, formé de tôles sandwichs isolées, permet de garder une bonne ambiance en été comme en hiver tout en évitant la condensation. « Je voulais un bâtiment chaud pour les agnelages, donc je l’ai placé au sud avec un toit plutôt bas mais quand même assez haut pour y passer en tracteur. Mais, au final, avec la faible densité d’animaux, le bâtiment reste plutôt frais. »

Une vidéo pour surveiller dedans et dehors

Parmi les aménagements, une barre faite maison fait office de cornadis : baissée, elle empêche les agneaux d’y passer la tête ou le corps, relevée, elle laisse la place aux brebis pour manger. Chaque lot dispose de deux abreuvoirs dont un chauffant. Ludovic s’est aussi doté d’une tablette et d’une caméra de surveillance montée sur rail et couplée à un projecteur. « La caméra est bien utile en début et en fin d’agnelage. Elle m’a sauvé quelques agneaux mais surtout épargnés beaucoup de marche à pied… » reconnaît l’éleveur. « Le rail peut emmener la caméra à l’extérieur et je peux ainsi surveiller les brebis dehors jusqu’à 400 mètres ».

Autre équipement indispensable de l’élevage, le parc de tri, placé sous un appentis à côté des bâtiments. « Le parc de tri fixe permet d’intervenir rapidement en cas de problème, apprécie Philippe Allaix de la chambre d’agriculture de la Loire. C’est ce qui explique en partie les frais vétérinaires limités et la faible mortalité des adultes à 5 % et des agneaux à 10 % ». « C’est rare une semaine où je ne me sers pas du parc de tri » confirme Ludovic.

Du temps de surveillance pendant les cinq mois d’agnelage

Pour maintenir son rythme accéléré de trois agnelages en deux ans, le troupeau est géré avec trois périodes d’agnelages : novembre-décembre, avril-début mai et juillet-août. Les brebis mettant bas dehors au printemps et en été passent aussi l’hiver dehors. Seule celles agnelant en novembre-décembre passe l’hiver au chaud avec leurs petits. En moyenne, en privilégiant le pâturage, l’élevage ne passe que 200 kilos de foin par brebis et par an et 211 kilos de concentrés par couple brebis/agneaux. « Les élevages de la région sont plutôt autour de 400 kilos de foin, apprécie Philippe Allaix. L’agnelage dehors permet aussi d’économiser en concentré »

« Le gros du travail, c’est la surveillance, surtout pendant l’agnelage » reconnaît l’éleveur. Pendant les cinq mois d’agnelage annuel, il y passe facilement 6 à 10 heures par jour. Le paillage prend une heure tous les deux jours (tous les jours, pendant l’agnelage). Il passe aussi une heure environ pour distribuer le concentré deux fois par jour et une heure pour placer cinq nouvelles bottes de foin dans les râteliers. Pour tous ses travaux, Ludovic se fait aider un à deux jours par semaine par un travailleur handicapé venu d’un Esat voisin. « Il n’est pas autonome mais il connaît bien la ferme maintenant et il m’aide surtout pour les travaux à faire en binôme. »

Le bâtiment a été présenté lors de la journée « bâtiment » organisée par la chambre d’agriculture de la Loire le 27 janvier 2016.

avis d'expert

« Une bonne race et un bon éleveur »

« Avec un taux de productivité numérique de 1,8, Ludovic Rambaud témoigne d’une bonne maîtrise technique et d’un bon choix de race. Il n’y a pas que les grivettes et les Romanes qui ont plus de prolificité. Les Rava aussi allient prolificité et rusticité. Elles sont bien adaptées aux prairies naturelles séchantes de la région et elles peuvent « faire de l’accordéon » en fonction des ressources naturelles. Chez nous, ce sont les éleveurs avec des brebis rustiques et en grivette qui s’en sortent le mieux grâce à une bonne productivité numérique, des aides PAC et zone de montagne et des prix d’agneaux corrects grâce au label rouge et à l’engagement qualité Carrefour. Comme Ludovic a commencé son troupeau avec des brebis de bonne qualité génétique, il s’est donné de bons atouts dès le départ. »

CHIFFRES-CLÉS 2014

1,4 UMO : Ludovic, une aide de son père et un salarié à temps partiel
78 ha de SAU, tout en herbe
667 effectifs moyens présents
179 % de productivité numérique
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre