Aller au contenu principal

Sociologie de l'herbe aux journées de l'association pour la production fourragère

L'herbe a une bonne image mais l'application sur le terrain n'est pas toujours facile.

© lgeffroy

"Il paraît indispensable de modifier l’image de l’herbe et le discours qu’on lui porte au travers des actions de communication, formation et accompagnement auprès des éleveurs », remarquent Brigitte Frappat (Institut de l’élevage), Jean-Michel Lusson (réseau agriculture durable) et Jean-Jacques Beauchamp (chambre d’agriculture de Normandie), auteurs d’un article présenté lors des journées techniques de l’association française pour la production fourragère. Les surfaces en prairies régressent continuellement et peu de nouveaux éleveurs font le choix d’un système fourrager largement basé sur l’herbe pâturée.

La biodiversité apparaît peu dans le discours des éleveurs

Des enquêtes ont été menées en Limousin, Normandie et Grand Ouest sur la perception des agriculteurs sur cette question. « Le rôle des prairies pour le stockage du carbone n’est jamais évoqué tandis que la biodiversité apparait peu dans le discours des éleveurs ». Ceux-ci sont distingués en quatre grands profils: les éleveurs pour produire qui ont des animaux à haut potentiel et qui regardent surtout le volume de production; les éleveurs économes et autonomes qui raisonnent par les coûts de production et sensibles aux enjeux environnementaux; les éleveurs pour les animaux pour qui le plaisir de l’élevage est connecté au bien-être du troupeau et au plaisir de voir les bêtes au pré ; les éleveurs polyculteurs où les prairies cohabitent avec les cultures.

La pratique du pâturage est aussi fortement liée aux aspirations concernant le travail des éleveurs. La nature des tâches liées au pâturage peuvent rebuter: boue, déplacements, clôtures par exemple. D’autres éleveurs aspirent à des rythmes de travail bien calés que la pousse de l’herbe et la météo peuvent mettre en péril (prise de risque). Il y a aussi néanmoins des éleveurs très herbagers qui pensent que la mise au pré permet un allègement du travail. Ou qui ont une aversion pour le tracteur ou le pulvérisateur. Les goûts personnels interfèrent. Un autre frein évoqué lors de ces enquêtes est le manque de productivité associé aux prairies et la forte variabilité de la ressource. Signe que le potentiel des prairies est méconnu.

Performants au niveau économique

Côté image, les éleveurs très herbagers sont très bien vus des moins herbagers. Ils les qualifient d’agriculteurs méritants car économes, techniques et soumis à un stress constant. Ils les voient comme performants sur le plan économique. Pour finir, les auteurs relèvent une « confusion trop fréquente entre système herbager et système tout herbe ». Il ne faut pas associer systématiquement herbe avec agriculture biologique et systèmes extensifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre