Aller au contenu principal

Chez Jean-Michel Pegheon, éleveur-sélectionneur de moutons Hampshire dans le Puy-de-Dôme
Sans salons, il faut vendre nos animaux autrement

« Chaque année, je participe à différentes foires et salons pour vendre environ 80 béliers et une centaine d’agnelles. Le gros de mes ventes se fait habituellement au Sommet de l’élevage. Il y a aussi le Salon de l’agriculture de Bordeaux en mai et celui de Barcelonnette en septembre qui ont été annulés. Seule la foire de Bellac de septembre a réussi à passer entre les gouttes. Celles de printemps ayant été annulées, je pensais qu’il en serait de même pour celle d’automne… Il en a été autrement et je n’ai pas eu le temps de m’y préparer et de préparer les animaux.

Je suis davantage sur Facebook et j’appelle mes clients

Depuis quinze ans, je passe les neuf jours du Salon de l’agriculture à la Porte de Versailles. On n’y fait très peu, voire pas, de ventes du tout. Mais ce qui va me manquer, c’est de retrouver les collègues éleveurs. C’est convivial le salon, on participe aux concours d’animaux, on échange et on y apprend beaucoup, peut-être plus qu’en restant sur nos fermes. Chacun partage ses problèmes et les moyens employés pour les gérer.

Malgré l’annulation de ces rendez-vous, j’ai pu vendre mes béliers et agnelles cette année. Il y a eu une grosse demande en béliers cette année avec les aides financières des régions Grand Est et Auvergne-Rhône-Alpes. Les clients en béliers reviennent régulièrement s’ils sont contents. C’est pour la vente d’agnelles de l’année prochaine que je m’inquiète davantage. Tous les contacts que j’avais eus ont constitué leur troupeau et ils n’ont plus besoin d’agnelles… D’habitude, je profite des foires et salons pour montrer les atouts de la race Hampshire, une rustique qui valorise l’herbe et produit sans manger de concentrés. Pour compenser, j’essaie de me faire connaître autrement. J’ai appelé mes clients cet été pour leur passer un petit bonjour. D’habitude, ils se contentent de recevoir mes vœux de bonne année. Je suis aussi beaucoup plus présent sur Facebook et j’y ai posté près d’une photo par jour. J’ai aussi beaucoup plus livré que les années précédentes. Les éleveurs avaient sûrement une appréhension à se déplacer pendant le confinement. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre