Aller au contenu principal

Réussissez la conception des clôtures électriques pour vos ovins

Pour bien garder et protéger les troupeaux ovins, la clôture électrique est une alternative au grillage. Bien la concevoir est essentiel pour une bonne efficacité.

Présentation du fonctionnement des clôtures électriques
Joël Raclot, Cobevim : « La qualité du matériel, des choix appropriés, le soin à la pose et une bonne réalisation de la prise de terre sont essentiels pour optimiser une clôture électrique. »
© V. Bargain

« Contrairement aux idées reçues, une clôture électrique destinée aux ovins est un outil très technique et nécessite de bien se renseigner auprès d’un technicien », souligne Joël Raclot, responsable approvisionnement et matériel de la coopérative Cobevim.

Sur le principe : un électrificateur ou poste de clôture émet une impulsion dans le fil, environ chaque seconde. L’impulsion se propage le long de la clôture. Quand l’animal touche le fil, l’impulsion le traverse, rejoint le sol et remonte au poste par l’intermédiaire du ou des piquets de terre. Quand la boucle est bouclée, l’animal ressent la douleur.

Maîtriser la végétation sous la clôture

L’impulsion est exprimée en volts (de 1 000 à 15 000 V) et en joules (de 0,1 à 5 J maximum selon la législation). La ligne ou conducteur détermine le passage du courant. Sa résistance varie selon la nature et le diamètre du conducteur. Plus la résistance est basse, plus le courant passe. Les isolateurs isolent la clôture du sol et doivent être de très bonne qualité.

Pour les ovins, une clôture à 3 000 ou 4 500 volts suffit pour les dissuader de s'y frotter.
Pour les ovins, une clôture à 3 000 ou 4 500 volts suffit pour les dissuader de s'y frotter. © D. Hardy
La végétation sous la clôture est également importante. Plus elle est développée et plus la clôture est longue, plus il faudra une forte impulsion dans la clôture. « C’est la sensibilité à la douleur qui éduque l’animal, précise Joël Raclot. Plus la douleur est forte, plus le souvenir persistera sur le long terme. On considère que pour le mouton, une clôture de 3 500 à 4 000 volts et de 3 à 3,5 joules suffit pour l’éduquer. Et quand il est éduqué et a mémorisé la douleur par rapport à un fil ou un filet, il le respecte tant qu’il a à manger. Pour un loup en revanche, qui n’a pas été éduqué, il faut au minimum 5 000 volts et 5 joules pour espérer lui faire passer son chemin. »

Importance d’une bonne prise de terre

Autre élément important : les testeurs, indispensables pour contrôler la clôture. On trouve des testeurs numériques doubles fonction, qui mesurent le voltage de la clôture et celui de la batterie (une batterie est considérée déchargée à 11,5 volts). Un testeur numérique avec détecteur de perte est aussi très pratique sur les longues clôtures, car il permet de partir du bon côté.

« Le point essentiel de l’installation est la prise de terre, qui est souvent négligée, alors qu’elle est capitale pour le bon fonctionnement de la clôture », insiste Joël Raclot. La règle est que la longueur du piquet de terre exprimée en mètres doit être égale à la puissance du poste de clôture exprimée en joules. Un poste de 1 J nécessite un piquet de terre de 1 m. Un poste de 3 J nécessite 3 piquets de 1 m espacés de 3 m. « La qualité du matériel, des choix appropriés par rapport aux besoins, le soin à la pose et une bonne réalisation de la prise de terre sont essentiels pour optimiser une clôture électrique », résume Joël Raclot.

Mise en garde

  • Éviter que les fils de clôture passent sous ou parallèlement à des câbles haute tension ou des câbles téléphoniques aériens.
  • Sur les clôtures longeant des routes ou des chemins, une plaque d’avertissement clôture est obligatoire tous les 50 m.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre