Aller au contenu principal

Pratiques d´éleveurs
Retarder la mise en lutte des agnelles à plus d´un an

Une étude récente a précisé les conséquences d´une première mise à la reproduction des agnelles à l´âge de 15 mois. En résumé, si cette pratique permet un meilleur confort de travail, elle se traduit par une diminution de la marge brute !

© Pâtre


La pratique, par ailleurs peu développée, qui consiste à ne pas mettre en lutte les agnelles au cours de la première année se rencontre essentiellement dans les systèmes herbagers. Une mise à la reproduction dès l´âge de 8-9 mois entraîne en effet de nombreuses contraintes qui ne participent pas à simplifier le travail. L´obligation d´obtenir des agnelles suffisamment développées impose l´apport de concentré au pâturage du sevrage à la fin de la lutte. De plus, cette pratique produit, dans la grande majorité des cas, une période d´agnelage supplémentaire, après celles des brebis adultes. Les mises bas sont de surcroît plus exigeantes en main-d´oeuvre avec des interventions plus nombreuses. Les résultats de reproduction des agnelles et les croissances de leurs agneaux restent en deçà de ceux des adultes du même type génétique.
L´objectif de cette étude réalisée par le Ciirpo, sur le site du Mourier, était d´évaluer les conséquences d´une mise à la reproduction à plus d´un an, à la fois sur les performances et les résultats économiques du troupeau.

 

Une mise à la reproduction des agnelles à plus d´un an se traduit par une diminution de la marge brute de l´ordre de 9 euros par brebis. ©DR


Des agnelles plus productives
De 1995 à 2006, chaque année environ 40 agnelles de race Mouton Vendéen nées au printemps (en mars) et mises à la reproduction au 15 juin de l´année suivante ont été suivies tout au long de leur carrière. Les conclusions de cette étude montrent que ce type de conduite participe effectivement à une simplification du travail.
De plus, les agnelles luttées à 15 mois se sont révélées nettement plus productives à la première mise en lutte. En moyenne, une agnelle a produit 1,3 agneau, soit 0,4 agneau de plus que dans le cadre d´une mise en lutte précoce. Autre bon point : elles se sont montrées nettement plus laitières, allaitant sans problème deux agneaux si nécessaire avec des niveaux de croissance équivalents à ceux des agneaux des brebis adultes.

Ce mode de conduite n´a pas eu d´effet sur l´âge à la réforme des brebis, ni sur le taux de renouvellement du troupeau. Par rapport à une mise en lutte à 9 mois, les agnelles mises à la reproduction à plus d´un an ont produit moins d´agneaux sur leur carrière. L´écart se situe à 0,7 agnelage par brebis par rapport à une conduite classique. Cela s´est traduit par une diminution de la marge brute de l´ordre de 9 euros par brebis. Cet indéniable confort de travail, parfois imposé par le type génétique, a donc un coût ! Car même dans le cadre d´une conduite économe, basée essentiellement sur de l´herbe pâturée, maintenir des femelles improductives, ne serait-ce que quelques mois, participe à une diminution du revenu.

Ciirpo/Institut de l´élevage
Tél. : 05 55 00 63 72.
Laurence.sagot@idele.fr

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
La contrainte du loup revêt de multiples aspects, qui ont pour point commun de causer du stress et de la fatigue mentale à l'éleveur. © A. Chrétien
Éleveurs vs loups : du stress et du dégoût
La MRE Paca et Idele publient un recueil de témoignages d’éleveurs confrontés à la prédation du loup au quotidien.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre