Aller au contenu principal

Pratiques d´éleveurs
Retarder la mise en lutte des agnelles à plus d´un an

Une étude récente a précisé les conséquences d´une première mise à la reproduction des agnelles à l´âge de 15 mois. En résumé, si cette pratique permet un meilleur confort de travail, elle se traduit par une diminution de la marge brute !

© Pâtre


La pratique, par ailleurs peu développée, qui consiste à ne pas mettre en lutte les agnelles au cours de la première année se rencontre essentiellement dans les systèmes herbagers. Une mise à la reproduction dès l´âge de 8-9 mois entraîne en effet de nombreuses contraintes qui ne participent pas à simplifier le travail. L´obligation d´obtenir des agnelles suffisamment développées impose l´apport de concentré au pâturage du sevrage à la fin de la lutte. De plus, cette pratique produit, dans la grande majorité des cas, une période d´agnelage supplémentaire, après celles des brebis adultes. Les mises bas sont de surcroît plus exigeantes en main-d´oeuvre avec des interventions plus nombreuses. Les résultats de reproduction des agnelles et les croissances de leurs agneaux restent en deçà de ceux des adultes du même type génétique.
L´objectif de cette étude réalisée par le Ciirpo, sur le site du Mourier, était d´évaluer les conséquences d´une mise à la reproduction à plus d´un an, à la fois sur les performances et les résultats économiques du troupeau.

 

Une mise à la reproduction des agnelles à plus d´un an se traduit par une diminution de la marge brute de l´ordre de 9 euros par brebis. ©DR


Des agnelles plus productives
De 1995 à 2006, chaque année environ 40 agnelles de race Mouton Vendéen nées au printemps (en mars) et mises à la reproduction au 15 juin de l´année suivante ont été suivies tout au long de leur carrière. Les conclusions de cette étude montrent que ce type de conduite participe effectivement à une simplification du travail.
De plus, les agnelles luttées à 15 mois se sont révélées nettement plus productives à la première mise en lutte. En moyenne, une agnelle a produit 1,3 agneau, soit 0,4 agneau de plus que dans le cadre d´une mise en lutte précoce. Autre bon point : elles se sont montrées nettement plus laitières, allaitant sans problème deux agneaux si nécessaire avec des niveaux de croissance équivalents à ceux des agneaux des brebis adultes.

Ce mode de conduite n´a pas eu d´effet sur l´âge à la réforme des brebis, ni sur le taux de renouvellement du troupeau. Par rapport à une mise en lutte à 9 mois, les agnelles mises à la reproduction à plus d´un an ont produit moins d´agneaux sur leur carrière. L´écart se situe à 0,7 agnelage par brebis par rapport à une conduite classique. Cela s´est traduit par une diminution de la marge brute de l´ordre de 9 euros par brebis. Cet indéniable confort de travail, parfois imposé par le type génétique, a donc un coût ! Car même dans le cadre d´une conduite économe, basée essentiellement sur de l´herbe pâturée, maintenir des femelles improductives, ne serait-ce que quelques mois, participe à une diminution du revenu.

Ciirpo/Institut de l´élevage
Tél. : 05 55 00 63 72.
Laurence.sagot@idele.fr

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre