Aller au contenu principal

Récolter des fourrages de qualité pour limiter les achats de concentrés

L’équipe Inosys Réseau d’élevage a chiffré l’impact du stade de récolte des fourrages sur les coûts d’aliments achetés. L’important est de récolter au bon moment !

Pour conserver un foin de qualité, il est nécessaire que le séchage soit rapide et que le foin soit manipulé le moins possible.
Pour conserver un foin de qualité, il est nécessaire que le séchage soit rapide et que le foin soit manipulé le moins possible.
© B. Morel

Le 16 septembre 2021, 120 éleveurs ovins, conseillers et apprenants ont pris part à la 16e rencontre technique ovine organisée dans le cadre d’Inn’ovin au lycée agricole de Vesoul Agrocampus (Haute-Saône). Au cours de cette demi-journée, cinq ateliers thématiques se sont enchaînés.

Au cours du premier cycle, la digestibilité d’une espèce donnée dépend essentiellement du stade de développement. Au fur et à mesure de sa croissance, la plante passe d’un stade végétatif à un stade reproducteur. Plus le stade de développement des graminées est avancé, plus le rapport feuilles/tiges diminue. Alors le rendement et l’encombrement des fourrages augmentent au détriment des valeurs énergétiques et protéiques. "Sur une praire permanente du Nivernais, on perd 0,1UF par tranche de jours de retard après le stade épiaison", indique Christophe Rainon.

La fenêtre climatique étant courte, il s’avère indispensable d’observer régulièrement ses parcelles pour repérer le bon stade. Par exemple, il est possible de repérer le stade montaison, quand les épis en formation montent dans la tige, soit environ 10 jours avant épiaison. Chez les graminées, les stades de développement sont corrélés aux sommes de température. « Rien ne sert donc de raisonner en dates calendaires pour déterminer le stade de début épiaison, stade clé de récolte des graminées », précise Aurore Gérard.

Les modes de récolte : pas sans conséquence sur la qualité

Les moyens de récolte doivent permettre de préserver la qualité des fourrages. L’objectif étant de sécher vite et bien en manipulant le moins possible ! Préférentiellement la fauche s’effectue quand la rosée est bien levée à 6-7 cm pour limiter la récolte de terre et favoriser le démarrage de la repousse. Faner rapidement après la fauche à des faibles vitesses permet de sécher le foin avant de le mettre en andain. Aujourd’hui, les retourneurs d’andains sont une solution pour moins manipuler le fourrage, notamment les légumineuses très fragiles.

Une économie de 5€ par brebis en fin de gestation et lactation

En utilisant un foin de meilleure qualité (foin récolté à 1 000°C au lieu de 1 200°C), l’apport de concentrés est réduit de 40 % dans la ration. Cette économie en concentré sur 13 semaines peut atteindre 5 euros par brebis. Toutefois, le foin à 1 000°C à volonté sera plus consommé que celui à 1 200°C. Ceci n’est pas sans conséquence au vu de l’envolée du prix des matières premières.

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre