Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

santé
Prolapsus vaginaux, signes d'une conduite à risque

L’éleveur attentif à couvrir les besoins alimentaires de cette période est souvent désarmé devant une « épidémie » de prolapsus.

Les ligaments ont été coupés en même temps que la queue, le vagin bascule vers l'extérieur.
Les ligaments ont été coupés en même temps que la queue, le vagin bascule vers l'extérieur.
© D.Daniel
Lorsque le vagin - parfois également le col de l’utérus - sont repoussés à l’extérieur, on parle de prolapsus. Chez la brebis, ce problème survient principalement en fin de gestation. Il peut être accompagné de contractions mais dans la majorité des cas, la brebis ne pousse pas. On commence à voir le vagin lorsque la brebis est couchée, puis il fini par rester dehors en permanence. C’est à ce moment que la situation dégénère franchement. Le frottement du sol contre la muqueuse vaginale crée des ulcérations, les artères vaginales sont comprimées, parfois la vessie est entraînée en même temps que le vagin, la brebis ne peut alors plus uriner.
En quelques jours, le vagin gonfle, devient rouge violacé puis noir, se surinfecte. La brebis va tenter de compenser la douleur par des efforts expulsifs. Mais c’est un cercle vicieux, plus le vagin est douloureux, plus la brebis pousse, plus elle pousse et plus c’est douloureux. Si la vessie est descendue, la vie de la brebis est rapidement en danger. Sinon, le danger est moins flagrant : l’infection de la muqueuse peut se transformer en septicémie. Le plus souvent le col ne se dilate pas, les contractions de mise bas sont faibles et inefficaces. Il n’est pas rare que l’intervention pour sortir les agneaux soit trop tardive (les agneaux sont déjà morts) ou difficile (anneau cervical qui ne se dilate pas manuellement). Pourtant, un prolapsus débutant (rose pâle et intermittent) se remet bien et avec peu de conséquences sur la brebis et ses agneaux.
Pour maintenir le vagin en place, on peut utiliser des boucles vaginales, un cordon de bühner, un pessaire, un harnais ou une combinaison de ces méthodes.
Les boucles et le cordon permettent une excellente contention, y compris sur des brebis qui poussent mais il y a un risque d’infection et il faut enlever les boucles au moment de l’agnelage. C’est la solution des brebis qui forcent ou des prolapsus après agnelage.
Le pessaire est facile à poser, l’agneau peut naître sans qu’on le retire mais il augmente les efforts. Il ne doit donc pas être posé sur une brebis qui pousse. C’est la solution des brebis avec un prolapsus débutant. Le harnais est une excellentecontention, sans traumatisme et n’empêchant pas l’agnelage. Son seul défaut est d’être plus coûteux que les autres. C’est la solution des troupeaux à faibles nombres de prolapsus.

RATIONNER LE FOIN ET RÉFORMER

Si le nombre de prolapsus dépasse 3 % malgré la réforme des brebis atteintes, il est nécessaire de mettre en place une prévention. Pour être efficace, il faut correctement identifier les causes. Le plus souvent, les prolapsus sont liés à des problèmes relevant de la physique. Une ration trop encombrante ou trop appétante, des brebis grasses, une forte prolificité, des brebis souvent couchées : il n’y a simplement plus de place dans le ventre pour le vagin. Il suffit alors de rationner le fourrage à 1 kg de foin moyen par brebis et par jour. Les autres besoins de la brebis seront couverts par le concentré.
Le piétin et les toxémies en augmentant le temps couché, viennent aggraver la situation. Le vagin est maintenu en place par deux séries de ligaments. S’ils sont lésés (coupe courte de la queue, antécédents de prolapsus) ou s’ils sont relâchés (déséquilibres minéraux, manque d’exercice, famille ou race de brebis à problème), le vagin pourra sortir même si la pression est modérée. Ces brebis aux ligaments fragiles sont repérables : en fin de gestation, la vulve s’oriente vers le bas, la petite languette en bas de la vulve regarde vers le sol au lieu d’être bien droite. Il faut faire attention à la complémentation minérale. Des brebis en fin de gestation ont de gros besoins en minéraux mais jamais au point de manger un seau en deux jours. Si elles se jettent sur le seau, c’est qu’elles ont besoin de la mélasse qui colle les minéraux dans les bassines. Souvent les prolapsus s’arrêtent lorsque l’on remplace les seaux par des blocs. Les prolapsus sont le résultat d’une somme de petits écarts, il suffit d’identifier et de corriger le plus gros pour que « l’épidémie » s’arrête.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre