Aller au contenu principal

Préalpes du Sud, deuxième race du sud-est

Race de zones sèches capable d´aller à l´alpage et de transhumer, la Préalpes du Sud est appréciée des éleveurs pour sa rusticité, mais également pour ses aptitudes bouchères.

La race Préalpes du Sud est la deuxième race du sud-est de la France derrière la Mérinos d´Arles et devant la Mourérous. Cette race presque exclusivement utilisée pour la production d´agneaux de boucherie se retrouve principalement sur les deux régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d´Azur. Un très faible effectif se situe en Languedoc-Roussillon. Elle est présente sur dix départements dont les six de la région PACA.
La race Préalpes du Sud est née d´une population ovine située à la limite des départements de la Drôme, des Hautes-Alpes, des Alpes de Haute-Provence et du Vaucluse, sur les collines essentiellement jurassiques et crétacées qui forment cette région. L´unité de sol et de climat (méditerranéen) contribuèrent à l´unité de cette population Préalpes, bien qu´elle fut désignée sous des noms différents par ses éleveurs qui la baptisaient du nom de la région où se tenaient les foires de reproducteurs. Elle a donc, selon les régions, été connue sous les noms de Savournon, de Sahune ou de Quint.

Brebis Préalpes du Sud ©D.R.


Le 7 avril 1947 se créait le Flock-Book Savournon-Sahune qui faisait suite à des syndicats locaux pour l´amélioration de cette population. Celui-ci faisait place le 23 février 1948, au Flock-Book de la race ovine des Préalpes du Sud qui dirigea depuis cette date et jusqu´à la création de l´UPRA en 1975, la sélection de la race. En 1980, la "commune", issue des Hautes-Alpes, est intégrée au schéma de sélection de la race Préalpes. L´effectif le plus important se situe dans la Drôme.

Sa rusticité permet à la Préalpes de résister aux fortes chaleurs d´où son utilisation sur parcours et garrigues pour les brebis les moins couvertes. Les brebis plus lainées dites communes peuvent transhumer en haute montagne. Compte tenu des conditions de milieu défavorable, c´est un animal capable d´avoir de bonnes vitesses de croissance et un bon développement.

Ce qui caractérise le mieux les femelles, c´est leur aptitude au désaisonnement qui permet d´accroître le rythme d´agnelage, compensant par-là une prolificité moyenne (133 % chez les adultes, en ostrus naturel).
Les milieux d´exploitation de la race sont très divers, élevages de zone sèche avec ou sans transhumance en montagne, élevages de basses vallées fertiles parfois intensifs, élevages en montagne avec 6 mois d´hivernage en bergerie et estive en alpage.
Quand les ressources alimentaires sont suffisantes, certains élevages pratiquent le système 3 agnelages en 2 ans, mais il n´est pas rare de voir aussi le bélier en permanence sur le troupeau. Ceci engendre tout naturellement des types de produits variés à des époques toutes aussi variées, et pose de gros problèmes quant à la définition des objectifs de sélection de la race.

La sélection portait sur la productivité numérique , critère lié à l´obtention d´une bonne valeur laitière et à la prolificité. Voici une vingtaine d´années, le choix a été fait d´ajouter les qualités bouchères : il fallait répondre à l´application du paiement selon la grille Europ.
Afin de vérifier les qualités bouchères des jeunes béliers, une station de contrôle individuel fut mise en place à Savournon. La sélection s´opèrait donc sur la voie mâle par sélection individuelle. Désormais cette SCI est située à Valernes (Alpes de Haute-Provence).

Cette sélection réalisée par l´Upra Préalpes du Sud entraîne des activités diverses contrôlées par l´Upra en relation avec les divers acteurs de la génétique ovine (GIE ovin, Institut de l´Elevage, INRA).
Dans ce cadre, l´activité de sélection de l´UPRA peut se résumer en 4 points :

Des accouplements raisonnés : afin de cumuler le progrès génétique, des accouplements raisonnés mères à béliers/pères à béliers, par insémination artificielle sont sous la responsabilité de l´Upra.
La station de contrôle individuel : l´Upra trie les meilleurs mâles issus des accouplements raisonnés. Elle rentre ces sujets en Station de Contrôle Individuel, où ils subissent une série de contrôles (contrôle de croissance, poids à âge type, gras et noix de côtelette, conformation) avant d´être indexés suivant 4 points : PAT, Croissance, Conformation, Gras. Ils sont ensuite vendus aux utilisateurs finaux, sélectionneurs et éleveurs.
Les béliers en Centre d´Insémination Artificielle : l´Upra choisit parmi les béliers passés en SCI les 12 à 15 meilleurs mâles (choix sur ascendance et performances propres suite aux contrôles en SCI). Ces béliers réalisent ensuite les IA de testage dans les élevages en sélection. Aujourd´hui, l´ensemble du testage qualités maternelles se réalise en ferme.
La diffusion du progrès génétique : deux fois par an, l´Upra organise la vente des béliers à la sortie du Centre de Jeunes Béliers. Lors de cette vente, les sélectionneurs sont prioritaires (cumul du progrès génétique) sur les groupements de producteurs et les éleveurs (diffusion) pour le choix des béliers. L´Upra diffuse également le progrès génétique au travers des IA mises en place hors base. Au niveau des sélectionneurs, cette diffusion se concrétise par la vente d´agnelles et béliers de renouvellement.
Des béliers à conformation bouchère
En 1997, un schéma de production de béliers bouchers a été réalisé à destination des groupements. La procréation et la production de ces béliers sont réalisées par l´Upra. Ce schéma est une annexe du schéma général. Il utilise les meilleurs béliers bouchers de l´Upra avec des femelles de réserves pointées en conformation. La production de ces béliers bouchers n´apporte aucun cumul de progrès génétiques à l´Upra. Consciente de ce problème, l´Upra n´accorde qu´une importance modérée à ce schéma. Les motivations de l´Upra dans la gestion de ce programme sont de deux ordres :
- L´augmentation du volume d´activité : avec ce programme l´Upra réalise plus d´IA donc utilise mieux les béliers présents en CIA. Elle entre plus de jeunes béliers en SCI et donc améliore les comparaisons intra-bandes.
- L´augmentation de la diffusion : par ce programme, elle répond aux attentes des groupements de producteurs qui sont, rappelons-le, à l´origine de cette action et augmente la diffusion hors-base.

Désormais, l´Upra prépare l´avenir de la race. Le choix a été fait de qualifier les mères à béliers et les mères à agnelles d´abord en fonction de la valeur laitière, plus que sur la prolificité. Ainsi, les jeunes béliers entrant en station de contrôle individuel seront choisis avec une bonne valeur laitière de leurs ascendants.
Pour les élevages en sélection, le renouvellement des femelles s´oriente sur la valeur laitière par le choix de femelles issues de mères à béliers et de mères à agnelles.
Sur les valeurs bouchères, le choix des meilleurs mâles pour l´Insémination Artificielle s´effectue en sortie de station comme à l´accoutumée mais aussi avec une confirmation de ces béliers par le testage. Ce testage qui conforte les choix en observant les aptitudes bouchères des descendants est réalisé à la station Fédatest.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre